1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Bande dessinée : 14 auteures qui pourraient figurer dans la sélection d'Angoulême
4 min de lecture

Bande dessinée : 14 auteures qui pourraient figurer dans la sélection d'Angoulême

Aucune femme n'était présente dans la première présélection de 30 auteurs pour le Grand prix du festival d'Angoulême 2016. Pourtant, le neuvième art est loin d'être un genre exclusivement masculin.

Claire Brétecher, sommité du 9e art, n'a jamais gagné le Grand Prix d'Angoulême
Claire Brétecher, sommité du 9e art, n'a jamais gagné le Grand Prix d'Angoulême
Crédit : DERRICK CEYRAC / AFP
Martin Cadoret & Monique Younès

Le Grand Prix de la ville d'Angoulême, qui récompense la carrière d'un(e) auteur(e) de bande dessinée, existe depuis 43 ans. Florence Cestac est la seule à avoir reçu la distinction en 2000. Cette année 2016, la sélection de 30 auteurs ne comporte pas une seule femme. Riad Sattouf est le premier à s'en être indigné en demandant à être retiré de la liste. Il a depuis été suivi par d'autres auteurs comme Joann Sfar ou Etienne Davodeau. Sous la pression, l'organisation va publier une nouvelle listecomme l'annonce FranceTV Info. De nombreuses femmes se sont distinguées dans le domaine de la bande dessinée.

Claire Brétecher

Au cours de son parcours, la dessinatrice et scénariste de 75 ans a cotoyé Goscinny et Gotlib, dessiné dans Pilote, Spirou ou encore L'Echo des savanes, dont elle a participé à la création. Elle est connue pour aborder des thématiques sociétales. Avec sa série des Frustrés, elle chronique la France des "bobos" pour Le Nouvel Observateur dans les années 70. Et dans Agrippine, ce sont les adolescents qui en prennent pour leur grade. Elle a obtenu un "Prix du 10e anniversaire" à Angoulême en 1983, une récompense distincte du Grand Prix, attribué cette année-là à Jean-Claude Forest.

Chantal Montellier

Dans les années 70, Chantal Montellier commence à dessiner dans la presse politique après un passage par l'Éducation nationale en tant que prof d'arts plastiques. Son oeuvre est marquée par un engagement politique et féministe. Dans Les Damnés de Nanterre (2005), elle retrace un fait divers datant de 1994, un braquage commis par un couple de jeunes gens qui a tourné en fusillade.

Anouck Ricard

Elle a participé à la série de petits dessins animés Avez-vous déjà vu...?. Auteure de nombreuses illustrations jeunesse, elle dessine aussi la série Anna et Froga, qui raconte les aventures d'une petite fille et de sa grenouille. Son style enfantin cache un humour absurde et déjanté. Elle a aussi publié Coucous Bonzon, une satire corrosive du monde de l'entreprise.

Rumiko Takahashi

À lire aussi

Cette mangaka japonaise est l'une des dessinatrices les plus lues au monde. Les dessins animés tirés de son oeuvre l'ont rendue riche mais elle continue de dessiner. Parmi ses sagas les plus connues, les romances Maison Ikkoku et Ranma 1/2 - dans laquelle les humains se transforment en animaux. Elle dessine actuellement la série Rinne, mettant en scène une jeune fille capable de voir des fantômes.

Catel Muller

Outre ses séries Lucie, Les Papooses et Bob et Blop, Catel Muller a mis en images la vie de plusieurs femmes célèbres comme Édith Piaf, Olympe de Gouge ou Kiki de Montparnasse. Pour cette dernière BD, elle avait d'ailleurs gagné le Grand Prix RTL en 2007.

Aurélie Aurita

À la fois dessinatrice dans Fluide Glacial et étudiante en pharmacie, elle sort un premier album remarqué en 2003. Après Angora, elle publie Fraise et Chocolat, autobiographie mettant en scène son intimité sexuelle, imposant un ton nouveau. Avec Buzz-moi, elle revient sur son propre succès et critique les mauvaises manières de certains médias à son égard. L'auteure a démarré en 2014 une trilogie sur le Lycée autogéré de Paris.

Julie Doucet

La Québécoise est issue de la bande dessinée underground. À la fin des années 80, elle crée son propre fanzine dans laquelle elle parle crûment de sexualité ou de violence. Elle annonce en 2006 qu'elle se retire du monde de la bande dessinée "pour revenir à l'art imprimé", ainsi qu'elle l'écrit sur son site.

Pénélope Bagieu

Alors qu'elle travaillait comme illustratrice dans la publicité, cette trentenaire a commencé à chroniquer sa vie en dessins sur un blog. Elle a été l'une des premières à transformer Internet en un nouveau médium pour la BD. Depuis, elle connaît un succès impressionnant. Un film est adaptée de sa série Joséphine et elle s'exporte à l'étranger.

Catherine Meurisse

Lauréate d'Angoulême dès 17 ans (catégorie BD scolaire), cette dessinatrice précoce est engagée par Charlie Hebdo dès la fin de ses études en 2005. Arrivée en retard à la conférence de rédaction du 7 janvier 2015, elle échappe à la fusillade mortelle et signe dans le "numéro des survivants". Son travail en solo tourne surtout autour des arts et de la littérature, comme dans Mes hommes de lettres, où elle croque ses écrivains préférés en rock-stars.

Marjane Satrapi

Plus portée aujourd'hui sur le cinéma que sur la bande dessinée, elle a dessiné Persepolis, BD autobiographique sur ses jeunes années en Iran et œuvre majeure. Tellement, qu'elle est la seule francophone à figurer dans le classement des "nouveaux classiques" établi par le magazine américain Entertainment Weekly. Sa propre adaptation cinéma du livre a également collectionné les prix.

Lisa Mandel

Elle a démarré dans l'illustration jeunesse avant de créer Nini Patalo dans Tchô!, le magazine de Zep. Sa série jeune public connaît un grand succès. Parallèlement, elle se consacre à des projets plus adultes, comme HP, une chronique des hôpitaux psychiatriques à travers les témoignages de ses parents.

Aude Picault

C'est la publication de son premier ouvrage, Moi Je, qui met Aude Picault sur les rails de la bande dessinée. Elle y croque une fille "râleuse et dragueuse" avec un trait épuré. Joueuse de trombone, elle a même dédié son ouvrage Fanfare à son groupe, les Ouiches Lorènes.

Posy Simmons

La Britannique croquait les milieux intellectuels de gauche pour le Guardian dans les années 70 - une sorte de Claire Brétécher anglaise, en somme. Dans le quotidien, elle a publié ses deux œuvres majeures : Gemma Bovery et Tamara Drewe. Deux bandes dessinées adaptées au cinéma, qui puisent leur racines dans la littérature du XIXe siècle.

Camille Jourdy

L'auteure s'est distinguée par sa trilogie Rosalie Blum, dans laquelle elle dresse le portrait de trois solitaires. Elle avait obtenu le Grand Prix RTL en 2009 pour ces trois BDs d'une grande sensibilitéCamille Jourdy aime se concentrer sur la psychologie de ses personnages. Elle met elle même en couleur son dessin à l'aquarelle. Son prochain album sortira en février 2016.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/