1 min de lecture Espace

Vénus : "L'objet où on s'attendait le moins à voir de la vie émerger", dit un chercheur

INVITÉ RTL - Franck Montmessin, chercheur au CNRS estime "plausible" la découverte d'une forme de vie sur Vénus.

Yves Calvi_ 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Vénus : "L'objet où on s'attendait le moins à voir de la vie émerger", dit un chercheur Crédit Image : NASA | Crédit Média : Yves Calvi | Durée : | Date : La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par William Vuillez

D'après une étude menée par l'Université de Cardiff, il y aurait de la phosphine dans des nuages de Vénus, un gaz présent sur Terre. Ce mardi 15 septembre, Franck Montmessin  chercheur au Laboratoire atmosphères, milieux, observations spatiales (Latmos) du CNRS était l'invité de RTL. Pour le chercheur, qui travaille depuis 10 ans sur Vénus et son atmosphère, "il y a des éléments observationnels qui montrent que" cette forme de vie dans les nuages de Vénus "est plausible"

"Néanmoins, il faut garder de la prudence et attendre potentiellement une confirmation dans le futur, car ce genre de découverte, on en a connu dans d'autres cas de figure et par la suite elle ce sont révélées soit contredites soit restées sans réelle confirmation", précise-t-il. Les chercheurs de cette étude ont mis en relation la présence de ce gaz avec des traces de vie potentielles sur Vénus. 

"La phosphine est un composé assez particulier, qu'on trouve sur plusieurs planètes, Jupiter, Saturne, aussi sur Terre. Mais sur des planètes comme la Terre, la seule origine c'est la vie. Donc sur une planète comme Vénus où les processus chimiques sont un peu comparables à ceux de la Terre, la phosphine n'a pas d'origine en dehors de la vie à priori", détaille le chercheur. 

450 degrés en surface

Ce gaz, "hautement toxique", rappelle-t-il, a donc une possibilité de "pointer vers une origine biologique". Franck Montmessin s'est dit "ébranlé" par cette découverte. "Vénus c'est quand-même l'objet où on s'attendait le moins à voir de la vie émerger ou être détectée", explique-t-il précisant que Vénus "est un environnement hostile, 450 degrés en surface, de l'acide sulfurique un peu partout dans l'atmosphère". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Espace Découverte scientifique Propulsé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants