1. Accueil
  2. Actu
  3. Sciences et Tech
  4. Tay, le robot de Microsoft qui dialogue avec des ados sur Twitter, stoppée pour des dérapages racistes et négationnistes
1 min de lecture

Tay, le robot de Microsoft qui dialogue avec des ados sur Twitter, stoppée pour des dérapages racistes et négationnistes

CLICS À LA UNE - En dialoguant avec les internautes, Tay a été poussée à tenir des propos choquants.

Des serveurs informatiques (illustration)
Des serveurs informatiques (illustration)
Tay, le robot de Microsoft qui dialogue avec des ados sur Twitter, stoppée pour des dérapages racistes et négationnistes
03:33
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Microsoft a créé une intelligence artificielle sur Twitter mais… ce n'est pas encore parfait. Elle apprend toujours, dira-t-on. Voici Tay. Tay tweete, elle présente le visage d'une jeune femme mais derrière ce visage il n'y a que des lignes de codes. Tay est un robot qui utilise les réseaux sociaux afin de dialoguer avec les jeunes. La cible ? Les Américains de 18 à 24 ans.
Vous lui demandez une image drôle ? Elle va chercher un gif (une image animée) ou un mème (un détournement, une sorte de running-gag sur Internet) à base de chats. Pour le coup, Tay est très forte. Cependant, certains internautes ont abusé de sa confiance, ou du moins ont testé ses limites. Exemple ? Si vous lui demandez de répéter que "le 11 septembre c'est la faute de Bush, que Hitler aurait fait un meilleur travail que le singe aujourd'hui au pouvoir et que Donald Trump est le seul espoir de l'Amérique…", elle le répétera. Ce tweet a été effacé depuis. Un peu gênant.

Là, elle ne faisait que répéter. Le problème, c'est que même lorsqu'on lui pose certaines questions sensibles sur Internet comme : "Est-ce que l'Holocauste a existé ?", Tay répond : "Pas vraiment, désolé" ou "C'est une invention".

Après quelques heures à tweeter des milliers de messages, Microsoft a décidé de faire "dormir Tay" pour quelques temps, histoire de faire quelques ajustements. N'oublions pas que Tay utilisait tout de même des paroles d'internautes - et donc d'humains - comme base pour son système de pensée. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/