1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Marche blanche contre les pesticides : "Il faudrait une volonté politique", regrette une organisatrice
1 min de lecture

Marche blanche contre les pesticides : "Il faudrait une volonté politique", regrette une organisatrice

REPLAY / INVITÉE RTL - Valérie Murat, à l'origine de la marche blanche contre les pesticides à Bordeaux dimanche 14 février, pense que son combat va être long.

Des pesticides sont versés sur un champ de pommes de terre (illustration)
Des pesticides sont versés sur un champ de pommes de terre (illustration)
Crédit : AFP / PHILIPPE HUGUEN
Marche blanche contre les pesticides : "Il faut une volonté politique" regrette une organisatrice
00:04:54
Philippe Robuchon & James Abbott

À la suite de la diffusion d'un épisode de Cash Investigation sur France 2 début janvier, qui a révélé l'usage dangereux des pesticides dans les vignobles de la Gironde, notamment dans des zones proches d'une école maternelle, les mobilisations anti-pesticides ont pris de l'ampleur dans le département. 1.000 personnes environ se sont réunies à Bordeaux, dimanche 14 février, pour une marche blanche destinée à sensibiliser le public aux dangers de ces produits chimiques. Valérie Murat, une des organisatrices, explique que de plus en plus de personnes sont sensibles à la situation.

Elle affirme avoir reçu des soutiens de la France entière et même de Belgique. La Gironde serait en effet un des départements de France qui utilise le plus de pesticides. Fille de vigneron, elle affirme qu'il y a même des viticulteurs qui ont manifesté car "ce sont eux les premières victimes, eux qui sont en première ligne. "C'est la preuve que la prise de conscience va déboucher sur des alternatives aux pesticides", avance-t-elle.

Le gouvernement devrait commencer par arrêter les effets de communication

Valérie Murat

"C'est très difficile pour un paysan de se rendre compte qu'on s'est avoir pendant des années par le marketing type 'rouleau-compresseur' des firmes chimiques, poursuit Valérie Murat. Il faut une réelle volonté politique et commencer à faire le bilan, mais aucun politique ne veut le faire". 

Elle ne croit donc pas que le gouvernement puisse faire évoluer la situation rapidement. "Je suis très déçue, explique-t-elle. Mais je me réserve la possibilité d'être agréablement surprise par des mesures, mais il faudrait qu'il commencent par arrêter les effets de communication."

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.