1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. #JePorteMaJupeCommeJeVeux, Twitter à la rescousse d'une collégienne exclue pour une jupe trop longue
2 min de lecture

#JePorteMaJupeCommeJeVeux, Twitter à la rescousse d'une collégienne exclue pour une jupe trop longue

CLICS À LA UNE - Sur les réseaux sociaux, l'exclusion de la jeune Sarah au nom du principe de laïcité reste incomprise.

Les jeunes sont les premières victimes des théories du complot (illustration).
Les jeunes sont les premières victimes des théories du complot (illustration).
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
#JePorteMaJupeCommeJeVeux, Twitter à la rescousse d'une collégienne exclue pour une jupe trop longue
03:33
#JePorteMaJupeCommeJeVeux, Twitter à la rescousse d'une collégienne exclue pour une jupe trop longue
03:31
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

C'est le quotidien L'Ardennais qui rapporte cette histoire. Sarah 15 ans est musulmane et porte le voile en dehors de l'école. Elle l'enlève néanmoins chaque jour lorsqu'elle se rend dans son collège. Cependant sa principale a une vision large du principe de laïcité. Pour elle cette jupe est trop longue et constituerait "un signe ostentatoire d’appartenance religieuse". Sarah doit rentrer chez elle. Cette dernière avoue qu'il ne s'agit que d'une jupe longue achetée chez Kiabi contre 2 euros.

Sur Internet et notamment sur Twitter, le hashtag, le mot-clef, #JePorteMaJupeCommeJeVeux est immédiatement venue à la rescousse de la jeune Sarah. Des photos de personnalités portant de longues jupes noires très semblable (mais probablement bien plus chère) ont été partagées : Julie Gayet, Michèle Alliot-Marie dans la cour de l'Elysée, Nathalie Kosciusko-Morizet etc. avec ce message de Sihame : "Vous estimerez, en l'argumentant, le degré d'ostentation de ces jupes. Vous avez 2h. #JePorteMaJupeCommeJeVeux". Un tweet partagé des milliers de fois.

D'autres sur Twitter prennent le contre-pied de l'humour en demandant l'interdiction des pantacourts, chemisettes et autre leggings fluo. Waly lui termine avec un clin d'œil à une autre histoire fascinante de vêtement : "#JePorteMaJupeCommeJeVeux Oui d'accord, mais elle est blanche & dorée ou bleue & noire ?"

Agnès Saal poussée à la démission

Les Internautes se sont encore régalés ce mardi 28 avril de cette histoire rocambolesque. 40.000 euros de frais de taxi en 10 mois pour la présidente de l'Ina, Agnès Saal, malgré une voiture de fonction avec chauffeur. Une partie de ces frais étaient d'ailleurs imputables au fils d'Agnès Saal qui avait accès aux codes de taxi de sa mère.

À lire aussi

Ce qui a créé quelques incohérences dans le rapport qui a révélé les factures. Comme le fait qu'aux mêmes dates et aux mêmes heures, Agnès Saal se déplaçait simultanément dans deux taxis différents, générant là deux factures. Le magazine Challenge qui s'est procuré le rapport apporte aussi quelques détails comme cette fois où un taxi a attendu 105 minutes un 3 juillet, entre 17h30 et 21h24, facturés 253 euros…

Agnès Saal a reconnu d'abord une maladresse. Puis s'est engagé à remboursé les trois quarts de la somme… puis on lui a demandé la totalité, avant que Fleur Pellerin n'exige sa démission. Jean-Sébastien tweete à ce propos : "Agnès Saal démissionne. Les taxis parisiens organiseront une marche commémorative pour leur meilleure cliente 2014/15". Nacer, lui, enfonce le clou : "Après avoir démissionné de l'Ina, Agnès Saal prépare actuellement son pass Navigo (carte d'abonnement au métro parisien, ndlr)".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/