1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. "FIFA 16" : que vaut la dernière version du roi des jeux de foot ?
4 min de lecture

"FIFA 16" : que vaut la dernière version du roi des jeux de foot ?

TEST - Sur le toit du monde depuis près de dix ans, "FIFA 16" s'inscrit dans la continuité et voit son challenger "PES" se rapprocher dangereusement.

Le jeu vidéo "FIFA 16" est disponible sur PC et toutes les consoles
Le jeu vidéo "FIFA 16" est disponible sur PC et toutes les consoles
Crédit : EA Sports
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Entre FIFA et PES, la concurrence bat son plein. Une semaine après la sortie de l'édition 2016 du jeu de Konami, FIFA 16 débarque en boutique sur PS4, Xbox One, PS3, Xbox 360 et PC, auréolé de son titre officieux de meilleure simulation de football sur console depuis quasiment dix ans. Mais face aux progrès importants réalisés par PES cette année, la franchise d'Electronic Arts aura fort à faire pour conserver sa couronne. Le match est définitivement relancé.

La rédaction vous recommande

FIFA 16 tourne-t-il en rond ?

FIFA 16 ressemble beaucoup à FIFA 15. Plutôt une bonne nouvelle d'une manière générale tant la simulation d'EA Sports dominait encore PES l'an dernier. Mais FIFA 16 innove peu et, à défaut d'avancer, voit son rival se rapprocher. PES introduit de nombreuses animations, des appuis des joueurs aux surfaces de pied utilisées pour les passes en passant par les trajectoires du ballon, qui renforcent le réalisme du jeu. 

Chez FIFA, certains mouvement semblent un peu trop automatisés et les courses ne sont pas toujours très réalistes avec parfois l'étrange impression que les jambes vont plus vite que le corps. Et d'une manière générale, le jeu peine à s'ouvrir faute de suffisamment d'appels de ses partenaires.

Plusieurs nouveautés sont tout de même à noter. Lors de la première utilisation du jeu, FIFA propose de prendre les commandes du Real face au Barça pour se faire la main sur un système qui fera rager les puristes et ravira les débutants. D'une simple pression sur le stick droit, des icônes s'affichent au-dessus du joueur en action pour indiquer quelles actions sont possibles avec quelles touches.

Un gameplay rééquilibré

Sur le plan du jeu, FIFA met cette année l'accent sur les passes appuyées. Leur maîtrise n'est pas évidente de prime abord et elles finissent facilement en touche en cas de mauvais dosage. Mais lorsqu'elles sont utilisées à bon escient, elles permettent de casser les lignes des défenses et s'avèrent une technique efficace pour se créer des occasions. Les dribbles sont eux aussi revus avec l'apparition des dribbles sans contact, qui semblent cependant réservés aux joueurs les plus assidus. FIFA 16 introduit également les centres sans débordement pour mettre la balle dans la surface même avec un défenseur sur le dos. 

À lire aussi

Trop facilement dépassée dans FIFA 15, la défense est améliorée pour rééquilibrer les débats face aux attaquants. Les duels sont plus âpres que jamais. Si les meilleurs sprinteurs pourront toujours semer leur défenseur, les joueurs normaux se feront logiquement rattraper lorsqu'ils courent avec le ballon. Les passes en profondeur lobées ne débouchent plus systématiquement sur une occasion de but et les tacles glissés, qui se soldaient par un échec à chaque fois, sont désormais efficaces lorsque le défenseur est au contact. Dans le même soucis d'équilibre général, les gardiens sont plus solides et plus (trop ?) souvent déterminants dans l'issue d'une rencontre.

Des licences officielles en pagaille

Comme tous les ans, FIFA s'assure une longueur d'avance pérenne sur son concurrent grâce à la profondeur de ses contenus. Le jeu dispose de quasiment toutes les licences officielles. Pendant ce temps, PES livre un jeu (une semaine en avance) où les équipes affichent les mêmes effectifs qu'en fin de saison dernière et peu de maillots officiels en attendant la mise à disposition d'une mise à jour un peu plus tard cet automne. FIFA propose les joueurs et équipes officielles de quasiment tous les championnats. Si les joueurs souffrent légèrement de la comparaison face à PES en matière de modélisation, ils sont plus nombreux à recevoir cet honneur dans FIFA.

La liste des stades fidèlement modélisés est également conséquente. Les fans de la Premier League trouveront tous les écrins d'outre-Manche, auxquels il faut ajouter les principaux de la Bundesliga, de la Liga. En Ligue 1, seuls le Parc des Princes, le Stade Vélodrome et le Stade Gerland sont proposés. Dommage, alors que la France s'apprête à accueillir l'Euro 2016 en fin de saison dans une demi-douzaine de stades flambants neufs (Bordeaux, Lille, Nice...)

L'information avait fait sensation dans la foulée de la Coupe du monde féminine cet été. FIFA 16 accueille pour la première fois des équipes nationales féminines. Douze sont représentées : la France, les États-Unis, l'Allemagne, l'Australie, la Suède, le Canada, l'Angleterre, le Brésil, l'Espagne, l'Italie, la Chine et le Mexique, qu'il est possible de prendre en main lors d'une compétition en forme de mini Coupe du monde. Si les joueuses sont moins physiques et rapides que leurs homologues masculins elles n'ont pas grand-chose à leur envier sur le plan technique.

Un mode carrière plus complet

Au rayon des nouveautés, à noter également l'apparition dans le mode carrière d'un système d'entraînement, qu'il est possible d'automatiser. Les matches amicaux de pré-saison sont également remplacés par des tournois regroupant les équipes les plus prestigieuses qui permettent de rallonger le budget de son club sur le modèle de ce qui se fait de plus en plus dans la réalité. Il est aussi possible d'entraîner cinq joueurs de son effectif chaque semaine pour les faire progresser sur des points précis. Les fans du mode Ultimate Team devront se familiariser avec le nouveau FUT Draft qui permet de créer une équipe en quelques minutes à la faveur d'un système de Draft, sur le modèle de la NBA.

Les plus

Les licences officielles de quasiment tous les championnats
Les nombreux stades et joueurs modélisés
Les frappes plus variées que dans PES
Le jeu plus équilibré que FIFA 15
L'arrivée des équipes féminines

Les moins

Faute de suffisamment d'appels de balle, le jeu peine à s'ouvrir
Les mouvements des joueurs sont moins réalistes que dans PES
Le système d'indications "in game" qui déplaira aux puristes
Pas beaucoup de changement par rapport à FIFA 15

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/