2 min de lecture Transports

En 2018, voyager en Hyperloop sera peut-être possible

EN IMAGES - L'entreprise américaine, à l'origine de ce projet de transport révolutionnaire, s'associe avec trois autres firmes. Objectif : mettre en place le premier prototype d'ici à fin 2016.

Vue d'artiste figurant le tube de l'Hyperloop passant à côté du pont de San Fransisco, aux États-Unis. Crédits : Hyperloop Transportation Technologies |
4 >
Vue d'artiste figurant le tube de l'Hyperloop passant à côté du pont de San Fransisco, aux États-Unis. Crédits : Hyperloop Transportation Technologies |
Vue d'artiste du tube de l'Hyperloop installé dans un milieu urbain Crédits : Hyperloop Transportation Technologies |
Vue d'artiste du projet Hyperloop Crédits : Hyperloop Transportation Technologies |
Plan de la capsule Hyperloop telle qu'elle est actuellement imaginée par les ingénieurs d'Hyperloop Transportation Technologies Crédits : Hyperloop Transportation Technologies |
1/1
Camille Kaelblen
Camille Kaelblen
Journaliste

Le transport du futur n'est peut-être pas si loin de devenir une réalité. Hyperloop Transportation Technologies, une entreprise californienne qui travaille actuellement sur le projet de transport futuriste "Hyperloop", a indiqué jeudi 20 août qu'elle se lançait dans un partenariat avec trois autres entreprises pour donner vie au projet de l'entrepreneur visionnaire Elon Musk. Les partenaires du projet sont une entreprise de design, d'architecture et d'aspirateurs industriels. Ensemble, ces firmes devraient continuer à plancher sur la faisabilité technique de ce projet fou.

Si tout se déroule bien, Hyperloop Transportation Technologies devrait pouvoir travailler sur un circuit prototype de 8 kilomètres, qui sera installé le long d'une route reliant Los Angeles et San Francisco d'ici à fin 2016. Des passagers pourraient ainsi tester ce nouveau moyen de transport dès 2018. 

Des capsules propulsées à 1.500 km/h

Pour l'heure, le projet rassemble 400 personnes, pour un coût estimé à 6 milliards de dollars, soit l'équivalent du dixième du prix de la ligne de train à grande vitesse actuellement en construction en Californie. Annoncé en 2013 par Elon Musk, l'Hyperloop est un système de transport supersonique qui devrait pouvoir transporter des passagers dans des tubes quasiment vides d'air, à une vitesse pouvant atteindre 1.500 km/h. Une invention que l'ingénieur et patron de SpaceX et Tesla Motors qualifie de cinquième transport, après le bateau, la voiture, l'avion et le train. 

Concrètement, comment cela fonctionnerait-il ? Selon les plans dévoilés par Elon Musk, l'Hyperloop serait un "croisement entre le Concorde et le canon à propulsion magnétique". Dans un tube fermé et isolé, des capsules indépendantes ultralégères pour transporter les passagers seraient posées sur des coussins d'air pressurisé, ce qui limiterait les frictions dans le déplacement. Côté moteur, les capsules seraient équipées d'un système créant un champ électromagnétique, au fonctionnement similaire à celui des moteurs des voitures électriques Tesla.

Malgré de nombreux avantages, plusieurs points encore non élucidés

À lire aussi
Coronavirus France
Les contrôles aux frontières se portent sur "les aéroports et les ports", confirme Djebbari

La mise en place de ce nouveau moyen de transport pourrait présenter plusieurs avantages. Rapide, l'Hyperloop serait, au contraire de l'avion, indépendant des conditions météorologiques. Le patron de Tesla a également affirmé que les prix seraient bien moins élevés que ceux d'un avion, tournant autour de 20 dollars pour un aller-simple entre San Francisco et Los Angeles. Autre avantage de taille : la dimension écologique. L'Hyperloop pourrait en effet être équipé de panneaux solaires sur l'ensemble de la surface de son tube, ce qui permettrait au moyen de transport d'atteindre une autosuffisance énergétique.  

Même si le projet devient plus concret de mois en mois, certains points restent encore à élaborer. Le design des capsules, le diamètre des tubes, mais aussi les villes qui pourraient être desservies par le nouveau moyen de transports. Car en février 2015, le rêve fou d'Elon Musk se heurtait à une barrière de taille : obtenir un droit de passage dans chaque ville pour construire le tube et ses points de desserte, précisément alors que les espaces concernés sont déjà urbanisés et fortement congestionnés. Face à ce problème, Elon Musk serait près à orienter dans un premier temps l'Hyperloop vers le transport de marchandises, comme l'indique le site d'informations 01.net. Pour les entreprises qui travaillent sur le projet, c'est donc une longue route qui s'annonce. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Transports Sciences Trains
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants