1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Asgardia, la première "nation spatiale", existera en septembre
2 min de lecture

Asgardia, la première "nation spatiale", existera en septembre

REPLAY - C'est une utopie qui va devenir (un peu) réalité. Quelque 100.000 "Asgardians" vont pouvoir embarquer un bout d'eux-mêmes dans l'espace.

Et si vous deveniez vous aussi nouveau citoyen d'Asgardia, la première "nation de l'espace" ?
Et si vous deveniez vous aussi nouveau citoyen d'Asgardia, la première "nation de l'espace" ?
Crédit : twitter.com/AsgardiaSpace
Asgardia, la première "nation spatiale", existera en septembre
00:03:26
Asgardia, la première "nation spatiale", existera en septembre
00:03:29
Loïc Farge
Loïc Farge

Quand l'idée de cet "État-nation flottant dans l'espace", baptisé Asgardia, a été lancée à Paris, par un scientifique russe milliardaire, on l'a pris pour un dingue. "Jamais, se disait-on, cette idée d'hurluberlu ne sortirait du salon de l'Hôtel Ritz. Jamais rien ne décollerait de notre planète Terre". Et bien, avouons-le, on s'est trompé. Il fallait prendre au sérieux le professeur russe Igor Ashurbeyli, malgré son anglais de paysan sibérien et ses petits airs bourrus de Lech Walesa.

Car il vient d'annoncer que l'embryon de sa "nation spatiale" va partir dans l'espace en septembre. Un satellite sera lancé depuis Cap Canaveral, en Floride. Ce mini-mini-satellite, gros comme une miche de pain, va stocker des données des 100.000 premiers "Asgardians", les citoyens naturalisés d'Asgardia, qui se sont inscrits par Internet gratuitement ces derniers mois.

"Pour la première dans l’histoire, les Asgardians vont pouvoir stocker dans l'espace, gratuitement, 300 kilooctets de données, soit la photo de votre petit chat ou celle de votre mère. Ce sera conservé aussi longtemps que Asgardia existe, c'est-à-dire pour l'éternité !", avait dit Igor Ashurbeyli. On en n'est donc qu'au début.

Chef de l'État autoproclamé

Vous êtes sceptique ? Vous avez tort. Car cet État indépendant des pays terrestres prend vraiment forme. Les jours fériés de ce nouvel État ont déjà été fixés par le professeur Ashurbeyli, le père fondateur de la nation, qui s'est autoproclamé chef de l'État. Avouons-le, ce n'est pas très démocratique. Mais c'est juste pour cinq ans, en attendant l'élection du parlement.

À lire aussi

Les 100.000 Asgardians qui ont reçu leur certificat sont invités en ce moment à choisir le drapeau, l'hymne national et le texte de la constitution. "Sans cela nous serions une fausse nation, un jeu informatique élaboré. Or nous voulons établir le premier État spatial, sérieux, reconnu par les États terrestre et les Nations-Unies", argue Igor Ashurbeyli, qui veut vraiment qu’on le prenne au sérieux.

Vraiment indépendant ?

Pour la reconnaissance par l'ONU, honnêtement ce n'est pas simple. Nous avons consulté un professeur de droit de l'espace, Philippe Achilleas, qui a retourné pour nous le problème dans tous les sens. Il ne voit pas comment un État juridiquement autonome pourrait se créer. On a deux problèmes. D'abord, le traité de l’espace de 1967 interdit toute appropriation de l’espace. Ensuite, si le satellite Asgardia part de Floride, il sera immanquablement américain et pas indépendant (c'est le droit de l'espace).

La solution, ça serait donc qu'il y ait une rébellion à bord du mini-satellite en orbite pour qu'il déclare son indépendance juridique. Il faudrait donc une mutinerie dans une miche de pain. Ce n'est pas demain la veille, mais bon on a l'éternité !

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/