2 min de lecture Apple

Apple demande l'annulation de l'injonction à aider le FBI à décrypter un iPhone

Le groupe américain a réclamé à la justice d'annuler une précédente décision l'obligeant à aider les enquêteurs à débloquer l'iPhone d'un terroriste.

Un Apple store à Los Angeles
Un Apple store à Los Angeles Crédit : JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Marie de Fournas
et AFP

Apple n'est toujours pas décidé à aider le FBI. Le groupe informatique a demandé à la justice jeudi 25 février, d'annuler une décision l'obligeant à aider les enquêteurs à débloquer un iPhone au nom de la lutte contre le terrorisme. Mais la marque à la pomme a affirmé que le gouvernement outrepassait ainsi son autorité légale et violait les droits constitutionnels, notamment le premier amendement qui garantit la liberté d'expression.

L'iPhone en question, est celui de Sayed Farook, un des auteurs de l'attentat de San Bernardino qui avait fait 14 morts en décembre en Californie. Impossible pour le FBI de décrypter son téléphone portable sans l'aide d'Apple. Les autorités américaines ont obtenu la semaine dernière une injonction judiciaire pour forcer le groupe à fournir au FBI un logiciel aidant à débloquer l'iPhone. Apple a toujours refusé et s'est donc lancé dans une bataille judiciaire et de relations publiques contre les autorités américaines.

Le ministère de la Justice et le FBI cherchent par l'intermédiaire de la justice à obtenir un dangereux pouvoir

Apple
Partager la citation

"Ce n'est pas une affaire qui concerne un seul iPhone isolé. Cette affaire concerne plutôt le ministère de la Justice et le FBI qui cherchent par l'intermédiaire de la justice à obtenir un dangereux pouvoir, que le Congrès et le peuple américain ont refusé de leur donner: la capacité de forcer des entreprises comme Apple à miner les intérêts fondamentaux en matière de sécurité et de protection de la vie privée de centaines de millions d'individus à travers la planète", a affirmé Apple dans le document transmis à la justice. "Aucun tribunal n'a jamais autorisé ce que le gouvernement réclame maintenant, aucune loi ne soutient un usage si illimité et si large de la procédure judiciaire et la Constitution l'interdit", insiste-t-il.

Le patron d'Apple Tim Cook avait déjà estimé mercredi 24 février dans une rare interview télévisée que se plier à la demande des autorités américaines serait "mauvais pour l'Amérique". Il avait fait valoir que pour répondre à la demande du FBI, Apple devrait créer un logiciel "équivalent à un cancer", ouvrant une "porte dérobée" pour accéder aux contenus des iPhone qui pourrait ensuite aussi servir aux criminels et aux dictateurs.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Apple FBI Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants