1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Von Der Leyen sans siège : Beaune dénonce un acte "délibéré" et un "piège" de la Turquie
1 min de lecture

Von Der Leyen sans siège : Beaune dénonce un acte "délibéré" et un "piège" de la Turquie

INVITÉ RTL - "La Turquie s'est mal comportée" vis-à-vis de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, a indiqué le secrétaire d'État en charge des Affaires européennes.

Clément Beaune invité du  Grand Jury RTL LCI Le Figaro le 11 avril 2021
Clément Beaune invité du Grand Jury RTL LCI Le Figaro le 11 avril 2021
Crédit : Nicolas Kovarik /Agence 1827 /RTL
Le Grand Jury de Clément Beaune
59:14
Le Grand Jury de Clément Beaune
59:14
Marie-Pierre Haddad & Benjamin Sportouch

"Un affront de la part de la Turquie". Le secrétaire d'État en charge des Affaires européennes Clément Beaune est revenu sur l'affaire du "Sofagate" qui a agité la scène internationale. Ursula von der Leyen a été placée en retrait sur un divan lors d'une réunion avec le chef d'État turc Recep Tayyip Erdogan et le président du Conseil européen Charles Michel. 


La Turquie s'est défendue de tout affront en imputant cet incident à un problème de protocole entre institutions de l'UE. Mais selon Clément Beaune, il ne s'agit en aucun cas d'une erreur de protocole. C'est un acte "délibéré" et un "piège" de la Turquie, a-t-il estimé lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI dimanche 11 avril. 

"Le problème dans cette affaire, ce n'est pas l'Europe mais la Turquie, a ajouté le secrétaire d'État. La Turquie s'est mal comportée". Clément Beaune dénonce aussi une "forme d'agressivité générale" à l'égard de l'Europe

Une "dérive autocratique en Turquie"

Le responsable français a aussi estimé qu'il y avait "un vrai problème de non respect de la démocratie et de dérive autocratique en Turquie" et que les Européens se devaient d'être "très fermes avec les Turcs". 

À lire aussi

Plus largement, il a aussi plaidé pour une "seule incarnation" de l'Union européenne à l'international plutôt qu'un exécutif bicéphale. "Il serait bien dans les années qui viennent (..) qu'il y ait une seule présidence de l'exécutif européen. Il faut qu'on ait des institutions européennes plus fortes, mieux incarnées", a-t-il dit. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/