3 min de lecture Front national

VIDÉOS - 21 avril 2002 : Jean-Marie Le Pen atteint le second tour de la présidentielle, récit de la journée qui a fait trembler la politique française

Il y a 14 ans, contre toute attente, Jean-Marie Le Pen se qualifiait avec Jacques Chirac pour le second tour de l'élection présidentielle, éliminant Lionel Jospin.

>
L'annonce des résultats du premier tour de la présidentielle 2002 Crédit Image : JACK GUEZ / AFP | Date :
Julien Absalon
Julien Absalon
Journaliste RTL

À en croire tous les derniers sondages, Marine Le Pen sera très certainement au second tour de l'élection présidentielle de 2017. La candidate du Front national est parfois même donnée gagnante selon l'adversaire qui se retrouverait en face d'elle. Mais ce qui semble être aujourd'hui un scénario totalement prévisible provoquait, le 21 avril 2002, un séisme sans précédent au sein de la classe politique et de la société françaises.

À l'époque, aucun sondage ne place Jean-Marie Le Pen devant Lionel Jospin pour se qualifier avec Jacques Chirac au second tour de la présidentielle. Si la courbe montre tout de même une dynamique quelque peu négative pour les deux favoris, tous deux au pouvoir par le biais de la cohabitation, le dernier sondage place tout de même le président sortant à 19,5%, le Premier ministre à 17% et le cofondateur du Front national à 13,5%.

Jospin plein de confiance

Néanmoins, la menace de la dispersion des voix des électeurs de gauche plane. Avec 16 personnalités officiellement déclarées, jamais une élection présidentielle ne s'est déroulée avec autant de candidats. Parmi eux, les personnalités de gauche figurent en nombre (Christiane Taubira, Noël Mamère, Robert Hue ou encore Jean-Pierre Chevènement). Peu avant le premier tour, Jean-Marie Le Pen prédit d'ailleurs à la télévision un avenir sombre pour son rival Lionel Jospin : "Je pense pouvoir être au second tour car la candidature de Lionel Jospin est lourdement obérée par le nombre et l'importance des candidats de la gauche plurielle".

Qu'importe, le représentant du Parti socialiste déborde de confiance. Le 17 avril, un journaliste lui demande : "Imaginez juste une minute que vous ne soyez pas au second tour. Pour qui votez-vous ?" Sans attendre, Lionel Jospin éclate de rire avant de répondre : "J'ai une imagination normale mais tempérée par la raison. Ça me paraît assez peu vraisemblable, donc on peut passer à la question suivante".

>
Lionel Jospin à la veille du 1er tour en 2002

Ascenseur émotionnel

À lire aussi
Martine Vassal, candidate des Républicains, en lice pour le second tour des municipales à Marseille. élections municipales à Marseille
Les infos de 6h30 - Municipales à Marseille : Royer-Perreaut (LR) refuse une alliance avec le RN

Le jour J, à quelques heures de l'annonce du scrutin, le Premier ministre se montre même plus que jamais détendu en arrivant vers 18h30 à "l'Atelier", son QG. À cet instant, sur la base des premières estimations encore confidentielles, l'incroyable nouvelle commence pourtant déjà à circuler dans les rédactions et chez les proches des candidats. Lionel Jospin n'est pas encore au courant de sa défaite. Interrogé par le Journal du Dimanche, son directeur de campagne Jean Glavany raconte : "Quand il est arrivé, qu’il est entré dans le bureau, il nous a trouvé avec des têtes d’enterrement, évidemment. Tout de suite, l’un d’entre nous, je ne sais plus qui, lui a dit la réalité. Et alors là, il est devenu livide".

>
Discours de Lionel Jospin à l'issue du premier tour, le 21 avril 2002

À 20 heures, les résultats tombent : Jean-Marie Le Pen récolte 16,86% des voix, derrière Jacques Chirac (19,88%) mais devant Lionel Jospin, qui figure en troisième position avec 16,18%. Dans la foulée, le socialiste annonce à ses militants : "J'assume pleinement la responsabilité de cet échec et j'en tire les conséquences en me retirant de la vie politique". Du côté de la gauche plurielle, c'est également la consternation. Noël Mamère déclare devant les caméras que son bon résultat (5,25%) est "assombri" par la poussée de l'extrême droite.

Au Front national, la joie est totale au point de faire pleurer Marine Le Pen. Dans le camp Chirac, les sourires sont également nombreux, car tout le monde est persuadé que le report de voix leur permettra de rester au pouvoir. Au second tour, après une absence de débat télévisé, Jacques Chirac établit d'ailleurs un record pour sa réélection avec 82,21% des suffrages.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Élection présidentielle Lionel Jospin
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants