1 min de lecture Laurent Berger

VIDÉO - Le Debrief du Grand Jury du 21 juin 2015 : Laurent Berger

Les journalistes Jérôme Chapuis, Yves Thréard et Éric Revel ont débriefé le passage du secrétaire général de la CFDT au "Grand Jury RTL/ Le Figaro/ LCI", dimanche 21 juin.

micro générique Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Le Debrief du Grand Jury : Laurent Berger Crédit Image : RTL / Frédéric Bukajlo / Abacapress | Durée : | La page de l'émission
Jérôme Chapuis
Jérôme Chapuis et Marie-Pierre Haddad

La CFDT est souvent présentée comme étant "le partenaire privilégié du gouvernement pour les réformes depuis 2012. Mais cette fois-ci Laurent Berger s'est employé à marquer sa différence", note Jérôme Chapuis. Argument appuyé par Yves Thréard : "Sur certains sujets il est en désaccord avec François Hollande et Manuel Valls. On sent qu'il veut montrer que ce n'est pas le toutou contrairement à ce que voudrait faire croire la CGT". 

Éric Revel y voit un "fil conducteur. On voit bien que le syndicalisme réformiste en France est comme un funambule. Il évite de tomber à gauche et à droite et regarde devant. Et dans cet exercice d'équilibriste, je trouve que Laurent Berger est absolument parfait.

"En colère" sur la loi Macron

Sur la loi Macron, Laurent Berger est "en colère" contre deux dispositions, le plafonnement des indemnités chômages et le travail le dimanche dans les TPE qui "sont arrivées au dernier moment". "Il est dans son rôle. La CFDT incarne le plus le dialogue social. Il est sûr, de son point de vue, c'est lé négation du dialogue social", estime Yves Thréard. "Puisqu'il est pour le dialogue social, Laurent Berger a du se sentir 'cocufier' avec ces deux amendements, mais il y a une grande incohérence de sa part", explique Éric Revel.

Le rachat de Bouygues serait "une catastrophe".

Le numéro un de la CFDT craint le rachat de Bouygues Telecom par SFR. "Il est dans ce rôle en disant que les stratégies de Patrick Drahi sont des montages financiers. Pour faire cette opération il est déjà endetté à hauteur de 30 milliards d'euros. Ce serait un risque énorme de casse sociale, si l'opération ne se fait pas. Laurent Berger est dans son rôle d'avertisseur", ajoute une nouvelle fois Yves Thréard. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Laurent Berger CFDT Syndicats
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants