1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Prison de Vendin-le-Vieil : une visite très mouvementée pour Nicole Belloubet
1 min de lecture

Prison de Vendin-le-Vieil : une visite très mouvementée pour Nicole Belloubet

Une partie des surveillants manifestant devant la prison de Vendin-le-Vieil, où trois collègues ont été agressés par un détenu la semaine dernière, souhaitent bloquer la sortie de l'établissement à la garde des Sceaux.

Nicole Belloubet, en déplacement à la prison de Vendin-le-Vieil le 16 janvier 2018
Nicole Belloubet, en déplacement à la prison de Vendin-le-Vieil le 16 janvier 2018
Crédit : FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Vendin-le-Vieil : des surveillants veulent bloquer la sortie de Nicole Belloubet
01:30
Franck Antson & Claire Gaveau

Visite particulièrement tendue pour la ministre de la Justice. Nicole Belloubet est en déplacement ce mardi 16 janvier à la prison de Vendin-le-Vieil, où des surveillants ont été agressés par un détenu radicalisé allemand, Christian Ganczarski, jeudi 11 janvier.

Mais les surveillants pénitentiaires attendent des actes de la part du gouvernement. Depuis le début de semaine, ces derniers ont décidé de bloquer les établissements dans la France entière. C'est pourquoi une cinquantaine d'employés étaient une nouvelle fois présents devant la prison située dans le département du Pas-de-Calais.

En colère, les surveillants de Vendin-le-Vieil ont accueilli la garde des Sceaux en chantant La Marseillaise, et en lui lançant des slogans comme : "Vous êtes en retard Madame la ministre", "des moyens financiers, des moyens humains" ou encore "des solutions Madame la ministre".

La sortie bloquée par des syndicalistes

Et leurs revendications ne se sont pas arrêtés là alors que la ministre avait déclaré être là "pour les écouter" avant d'entrer dans l'établissement. Plusieurs surveillants ont décidé de bloquer la sortie de l'établissement à Nicole Belloubet. "On doit bloquer la ministre, elle ne sortira pas d'ici. On est pris pour des cons, c'est un ras-le-bol total, ça fait des années que ça dure et aucun gouvernement nous a écouté jusqu'à présent", déplore l'un des manifestants. Avant d'ajouter : "Elle est venue chez nous mais elle aura du mal à sortir ou alors, on sera délogé par les forces de l'ordre".

À lire aussi

Selon nos informations, des négociations étaient toujours en cours à la mi-journée à l'intérieur de l'établissement avec les syndicats alors que le climat se calme petit à petit à l'extérieur malgré une tension certaine du côté des syndicalistes.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/