1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Une Ambition intime" : la mort de Seguin, "c'est comme perdre son père", regrette Fillon
1 min de lecture

"Une Ambition intime" : la mort de Seguin, "c'est comme perdre son père", regrette Fillon

L'ancien premier ministre a évoqué l'ex-président de la Cour des comptes, dont il avait fait l'éloge après sa disparition, le 7 janvier 2010.

François Fillon le 15 septembre 2016 à Pacé, près de Rennes.
François Fillon le 15 septembre 2016 à Pacé, près de Rennes.
Crédit : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

C'est le "deuxième mentor" en politique de François Fillon. Philippe Seguin a beaucoup compté dans la vie politique de l'ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy. Interrogé par Karine Le Marchand dans Une ambition intime sur M6, ce dimanche 6 novembre, il a été très atteint lorsque l'ex-président de la Cour des comptes est décédé le 7 janvier 2010. La voix tremblante, c'est lui qui a prononcé un discours funèbre à l'Assemblée nationale. "On était trois ou quatre autour de lui à penser qu'il pouvait prétendre à un destin national, à la présidence de la République", raconte-t-il.

François Fillon n'a "pas eu le temps" de dire au revoir à Philippe Seguin, disparu prématurément. "C'est comme perdre son père", lâche-t-il ému, se souvenant de ses "pics de colère" avec nostalgie. C'est donc en toute logique qu'il choisit Philippe Seguin, s'il avait la possibilité de téléphoner à une personnalité défunte en cas de victoire en 2017. "J'entends déjà son rire tonitruant ou alors sa dérision", s'amuse le candidat à la primaire de la droite.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/