2 min de lecture Politique

UMP : entre congrès, primaire et retour de Nicolas Sarkozy, les problèmes s'accumulent

DÉCRYPTAGE - L'opposition devra désigner son nouveau leader en octobre, quelques mois avant de choisir son candidat à la présidentielle. Aux question de timing s'ajoutent les interrogations liées au retour de Nicolas Sarkozy.

Alain Juppé, Nadine Morano et Jean-François Copé
Alain Juppé, Nadine Morano et Jean-François Copé Crédit : AFP
Romain Renner
Romain Renner
Journaliste RTL

Les troubles de l'UMP ne sont pas terminés. Ébranlée par l'affaire Bygmalion, l'opposition s'est engagée sur la voie d'un retour à la sérénité en nommant un triumvirat composé de François Fillon, Jean-Pierre Raffarin et Alain Juppé pour la diriger. Sa mission : organiser un congrès qui permettra de choisir le nouveau président du parti, en octobre prochain.

Mais contrairement à ce que l'on aurait pu penser, les candidats ne sont pas légion. Alain Juppé a d'ores et déjà prévenu : il ne tentera pas l'aventure. François Fillon, adversaire malheureux de Jean-François Copé en 2012, n'a, de son côté, pas encore dévoilé ses intentions. Peut-être les malheurs du député-maire de Meaux calment-ils les ardeurs des potentiels prétendants, même les plus ambitieux.

Un congrès/primaire ou deux élections ?

Les doutes concernant la forme que revêtira le congrès encouragent également les responsables du parti à ne pas trop s'avancer. Selon Alain Juppé, le prochain président de l'UMP ne devra pas être candidat aux primaires qui serviront à désigner le candidat de la droite à la prochaine présidentielle.

Dans le même temps, Christian Estrosi appelle à l'organisation d'un congrès/primaire dont le but serait de choisir un chef chargé de mener l'UMP dans la course pour l'Elysée en 2017. Une option qui permettrait d'éviter de convoquer par deux fois les militants devant les urnes et qui limiterait les effets dévastateurs d'une longue campagne interne.

À lire aussi
Jean-Pierre Raffarin et Emmanuel Macron en avril 2017 à Montmorillon G7
G7 à Biarritz : Macron "est plutôt en position de force", estime Raffarin

Surtout, la solution plaidée par le maire de Nice renoue avec la tradition de la droite française, encline à envoyer son leader à l'élection suprême. Mais dans un cas comme dans l'autre se pose la question des candidatures et, en filigrane, celle de la place de Nicolas Sarkozy.

Du risque d'avoir un candidat dès 2014

Organiser une primaire détachée du congrès a l'avantage de donner le temps à l'ancien chef de l'Etat et les autres de prendre une décision définitive quant à leur participation à la présidentielle. Ainsi Alain Juppé - le seul à faire jeu égal avec Nicolas Sarkozy -, François Fillon ou Xavier Bertrand gagneraient-ils un an pour refaire leur retard sur l'ex-président et mener campagne.

En avançant le choix du président/candidat, l'UMP obligerait en revanche ses prétendants à se déclarer rapidement, donnant un avantage certain à Nicolas Sarkozy. Elle prendrait également le risque d'ajouter du désordre au chaos ambiant en prenant des décisions dans la précipitation.

Aussi, le président/candidat pâtirait de la très longue distance qu'il aurait à parcourir entre son élection à la fin de l'année 2014 et le scrutin de mi-2017. Il aurait d'ici-là à affronter des élections départementales et régionales tout en gérant une campagne qui risquerait fort de s'essouffler.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique UMP Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7772325950
UMP : entre congrès, primaire et retour de Nicolas Sarkozy, les problèmes s'accumulent
UMP : entre congrès, primaire et retour de Nicolas Sarkozy, les problèmes s'accumulent
DÉCRYPTAGE - L'opposition devra désigner son nouveau leader en octobre, quelques mois avant de choisir son candidat à la présidentielle. Aux question de timing s'ajoutent les interrogations liées au retour de Nicolas Sarkozy.
https://www.rtl.fr/actu/politique/ump-entre-congres-primaire-et-retour-de-nicolas-sarkozy-les-problemes-s-accumulent-7772325950
2014-05-29 13:26:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/p7z5KglzaGfrd5tzqd7Hxg/330v220-2/online/image/2014/0529/7772327482_alain-juppe-nadine-morano-et-jean-francois-cope.jpg