2 min de lecture Cgt

Travaux dans le bureau de Lepaon : le numéro un de la CGT se justifie

Le numéro un de la CGT a estimé que les coûteux travaux de rénovation réalisés dans son bureau étaient nécessaires et faits "dans le cadre" de la réfection du siège de la centrale.

Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT, lors d'une manifestation à Lorient en novembre 2013.
Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT, lors d'une manifestation à Lorient en novembre 2013. Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le numéro un de la CGT, Thierry Lepaon, a justifié les travaux réalisés dans son bureau de Montreuil après les nouvelles révélations du Canard enchaîné. "Dans le cadre des travaux faits dans la maison confédérale, on a estimé qu'il était bon de refaire le bureau du secrétaire général de la CGT", a-t-il déclaré.

"Notre bâtiment a été construit il y a 30 ans et tous les ans il y a des travaux de faits pour entretenir ce patrimoine", a-t-il dit sur Europe 1. Ce bureau, qui était aussi celui de son prédécesseur Bernard Thibault, "cela fait 14 ans qu'il n'avait pas été refait". Il a expliqué le coût élevé - 62.000 euros, selon l'hebdomadaire satirique - par la nécessite de refaire "l'électricité, le chauffage, la climatisation et les sols".

Pas demandeur de ces meubles

Il a énuméré le mobilier de son bureau, dont la facture s'est élevée à 21.500 euros, selon le Canard enchaîné: "il y a une table de réunion qui permet de travailler à huit, un bureau en bois et en verre, un fauteuil et un meuble de rangement". "La particularité de ce meuble est qu'il a une forme atypique: le toit du meuble ressemble à un toit d'usine", ce qui a été pensé par "l'architecte", selon lui. Il a souligné qu'il n'était pas demandeur de ces meubles: "j'ai découvert le mobilier une fois qu'il était posé."

Thierry Lepaon s'est dit "peiné" que "des gens utilisent des devis et des factures pour faire peser une calomnie sur la CGT". Mais "je ne veux pas rentrer dans une chasse aux sorcières" et il "n'y a pas de force de police à la CGT", a-t-il dit.

Crise de succession à la CGT

À lire aussi
Une grève de fonctionnaires à Montpellier en mars 2018 (illustration) réforme des retraites
Les infos de 6 h - Retraites : le gouvernement planche sur un plan B

Il n'a pas exclu que ces révélations dans la presse soient liées à la crise de succession qui a déchiré le syndicat: "Il se peut qu'il y en ait dans l'organisation qui n'acceptent pas les choix faits par les syndicats au Congrès" de mars 2013 à Toulouse où Thierry Lepaon a été élu à la tête de la confédération. Mais "Je ne veux pas jeter la suspicion, ni sur le personnel de la maison confédérale, ni sur les dirigeants", a-t-il ajouté.

Thierry Lepaon a en revanche jugé que les travaux coûteux pour 105.000 euros dans son appartement de fonction n'étaient pas justifiés car il ne fallait "pas mettre une telle somme dans un appartement loué", a-t-il répété. Une enquête interne est menée "sur les procédures" menant à de telles décisions, a-t-il rappelé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cgt Thierry Lepaon Polémique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants