1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Thierry Solère en garde à vue : ce que lui reproche la justice
2 min de lecture

Thierry Solère en garde à vue : ce que lui reproche la justice

ÉCLAIRAGE - Le député La République en Marche des Hauts-de-Seine est dans le viseur de la justice. Il est notamment soupçonné de fraude fiscale, corruption et trafic d’influence.

Thierry Solère, député des Hauts-de-Seine
Thierry Solère, député des Hauts-de-Seine
Crédit : AFP / Martin Bureau
Ce que reproche la Justice à Thierry Solère
00:01:08
Olivier Boy & Cécile De Sèze

Thierry Solère est en garde à vue. Il a été placé mardi 17 juillet au matin à la police judiciaire de Nanterre. Il avait été l'un des hommes de la primaire à droite pendant la campagne avant de rallier Emmanuel Macron. Aujourd'hui, il est député de la République en Marche et il avait demandé la levée de son immunité parlementaire pour pouvoir s'expliquer sur l'affaire de fraude fiscale pour laquelle il est entendu

Soupçonné de fraude fiscale, Thierry Solère n'aurait pas payé la totalité des impôts qu'il devait entre 2010 et 2013. À l'été 2017, Le Canard enchaîné avait dévoilé que Thierry Solère avait "omis de régler une partie de ses impôts sur le revenu de 2010 à 2013, ainsi que la taxe foncière de la dernière année". Un "oubli" qui lui avait valu "une saisie-arrêt sur salaire", selon l'hebdomadaire. L'élu avait au contraire affirmé avoir fait l'objet d'un "contrôle classique" et n'avoir "commis aucun délit fiscal". 

Mais l’enquête est aujourd’hui beaucoup plus large. L'ancien porte-parole de François Fillon pendant la campagne présidentielle, qu'il avait d'ailleurs été un des premiers à quitter à cause des affaires, se retrouve aussi soupçonné de corruption et de trafic d’influence.

Des faits qui remontent à la période 2010-2013

Pour bien comprendre ce qu'on lui reproche, il faut remonter à la période 2010-2013. Thierry Solère est, à l'époque, conseiller général, dans le département de Hauts-de-Seine. Il était parallèlement salarié dans le privé comme conseiller stratégique au sein de plusieurs entreprises.

La justice se demande alors s'il n'a pas, en sa qualité d'élu, obtenu pour ces entrepreneurs des contrats publicitaires, sachant qu'il était par ailleurs rémunéré par ces entreprises. 

À lire aussi

Autre soupçon le concernant : il aurait embauché la femme de l'un de ses employeurs comme assistante parlementaire. Selon Le Monde, lui sont aussi reprochés des faits "d'enrichissement occulte" : de "faux prêts" auraient été consentis par les sociétés d'un promoteur immobilier, permettant l'acquisition de "trois appartements" revendus ensuite "à ces mêmes sociétés en opérant au passage des plus-values". 

La justice avait demandé la levée son immunité parlementaire et l'Assemblée nationale l'a levée le 11 juillet dernier. Il conteste les soupçons qui pèsent sur lui. Cette affaire aux multiples facettes a eu un effet collatéral de taille : soupçonné d'avoir transmis à M. Solère des éléments sur l'enquête le concernant, l'ex-garde des Sceaux socialiste Jean-Jacques Urvoas a été mis en examen en juin par la Cour de justice de la République pour "violation du secret professionnel". 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.