3 min de lecture Libye

Takieddine affirme avoir livré de l'argent libyen à Sarkozy et Guéant

L'homme d'affaires franco-libanais assure avoir remis trois valises au ministère de l'Intérieur entre 2006 et 2007, dont l'une directement dans le bureau de Nicolas Sarkozy. Claude Guéant va porter plainte pour diffamation.

>
Ziad Takieddine: «J'ai remis trois valises d'argent libyen à Guéant et Sarkozy» Crédit Image : Jacques Demarthon - AFP |
Julien Absalon
Julien Absalon
Journaliste RTL

"Même la mafia était un peu plus respectueuse que ça". Ziad Takieddine sort du bois. Surtout, il relance de façon spectaculaire l'affaire des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle 2007 de Nicolas Sarkozy. Dans une interview vidéo publiée mardi 15 novembre par Mediapart et l'agence Première Lignes, le sulfureux homme d'affaires assure avoir été missionné par les services de Mouammar Kadhafi pour remettre cinq millions d'euros à Nicolas Sarkozy, encore ministre de l'Intérieur, et son directeur de cabinet Claude Guéant. Il affirme avoir remis au ministère de l'argent en mains propres, dans trois valises, entre fin 2006 et début 2007.

Ziad Takieddine donne des détails précis de sa mission, qui lui aurait été confiée par Abdallah Senoussi, l'ancien chef des renseignements libyen qui, selon Mediapart, a avoué ce transfert d'argent lors d'une audition devant la Cour pénale internationale en 2012. À l'époque, Ziad Takieddine croit savoir qu'il s'agit d'une simple "histoire entre services" des deux pays dont les relations "étaient devenues très importantes" et permettaient des "échanges" d'informations. "Un jour, M. Senoussi me demande si je peux être celui qui transporte une partie de ces sommes à Claude Guéant. Je dis c'est bon, mais comment faire rentrer ça en France ? Il me dit que le ministère de l'Intérieur sera informé. (...) Son frère s'amène avec une valise que je dois amener en France. Il n'y a rien d'autre que de l'argent", raconte Ziad Takieddine. S'il reconnaît ne pas avoir compté les liasses de billets neufs de 500 et de 200, il estime que la première valise contenait 1,5 million d'euros, que la deuxième était à 2 millions et la troisième à 1,5 million.

Une rencontre avec Nicolas Sarkozy

Pour remettre la première valise, au mois de novembre 2006, l’intermédiaire franco-libanais emprunte un vol commercial sur la compagnie Afriqiyah. À son arrivée à Paris, il "passe comme les passagers passent la douane normalement". Il dit ensuite avoir appelé Claude Guéant, qui lui donne "rendez-vous immédiatement" au ministère. "Je sais que je suis attendu. Je rentre directement, on m'accompagne chez monsieur Guéant", dit-il en donnant des éléments pour décrire les lieux. "On parle un tout petit peu. Il voit où j'ai laissé le truc. Et voilà", ajoute-t-il, précisant que celui qui deviendra ministre par la suite n'a jamais ouvert ou vérifié devant lui le contenu de la valise. "Il sait très bien de quoi il s'agit", estime cependant Ziad Takieddine.

Il évoque un procédé similaire pour la remise de la deuxième valise, toujours en 2006. Mais cette fois, il dit avoir croisé Nicolas Sarkozy : "J'imagine qu'il savait très bien pourquoi j'étais là, aussi. J'ose espérer". L'actuel candidat à la primaire de la droite lui aurait alors proposé "de se voir la prochaine fois" en passant "directement" dans ses bureaux. Ziad Takieddine assure alors que cette entrevue, très succincte, a bien eu lieu lors de la remise de la troisième valise. Il raconte avoir discuté de la libération des infirmières bulgares et se rappelle précisément de l'endroit où il a déposé la mallette que Nicolas Sarkozy n'aurait "ni ouvert, ni vérifié, ni rien du tout".

À lire aussi
Une voiture piégée a tué deux membres à Benghazi du personnel de l'ONU  de attentat
Libye : deux membres du personnel de l'ONU tués dans un attentat

Ziad Takieddine avait déjà été cité précédemment dans cette enquête particulièrement épineuse pour Nicolas Sarkozy. Mais c'est la première fois qu'il se confie très clairement dans les médias à ce sujet. Il estime être "libre de parole" depuis qu'il s'est confié à la justice début novembre. "J'ai découvert des choses qui ne méritent plus d'être cachées. Pour moi, Sarkozy était toujours un champion. Mais pourquoi et comment se fait-il qu'un type comme celui-là puisse prétendre encore une fois à la présidence de la République ? Le peuple français doit réagir. Ça va exploser", considère l'homme d'affaires, qui estime que Nicolas Sarkozy est "la tête" de ce système qu'il qualifie de "mafieux". 

Contactés par Mediapart, Claude Guéant a démenti et Nicolas Sarkozy n'a pas réagi. Dans la foulée, Claude Guéant a annoncé son intention de porter plainte pour diffamation contre l'homme d'affaires franco-libanais, rapporte BFMTV

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Libye Ziad Takieddine Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants