1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. SNCF : "le réseau ferroviaire est dans un état lamentable", décrit Hervé Morin
2 min de lecture

SNCF : "le réseau ferroviaire est dans un état lamentable", décrit Hervé Morin

INVITÉ RTL - À la tête de la région Normandie, Hervé Morin est également président des Régions de France. Des régions où l'on s'inquiète depuis la remise du rapport Spinetta sur la SNCF, jeudi 15 février.

Train de la SNCF (image d'illustration)
Train de la SNCF (image d'illustration)
Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP
L'invité de RTL Soir du 16/02/18
05:03
Vincent Parizot

À la tête de la région Normandie, Hervé Morin est également président des Régions de France. Des régions où l'on s'inquiète beaucoup depuis jeudi 15 février et la remise du rapport Spinetta sur la SNCF. Pas vraiment sur les recommandations de l'ouverture à la concurrence, mais plutôt sur la question du réseau ferroviaire de proximité

"Ce qui est très clair, c'est que le gouvernement ne peut pas considérer qu'après vingt ans d'abandons sur le réseau ferroviaire, on refile le mistigri aux régions (...). Ce réseau ferroviaire est dans un état lamentable (...), au même moment où le président de la République demande aux collectivités de faire des efforts budgétaires considérables, que l'État ne fait pas", lance Hervé Morin.

Dans le rapport Spinetta, il est écrit que l'État doit envoyer un signal clair en ne consacrant plus aucun crédit à ces lignes dont l'intérêt socio-économique n'est pas démontré. "Toutes ces lignes, même si parfois elles n'ont pas forcément un trafic considérable sont des lignes qui, en terme de maillage du territoire sont parfois essentielles".

Les cars, solution de remplacement ?

Économiquement, la solution la plus logique ne serait-elle pas celle des cars ? "Ça peut l'être, et c'est ce que l'on fait. On le fait à partir d'analyses de trafic, sur des connections (...) C'est ce que font les régions. Mais tout ça ne se fait pas aussi simplement que ça", répond Hervé Morin, pour qui certaines lignes de proximités sont indispensables. "Une des équations pour que nous ayons une marge de manœuvre sur une partie des réseaux ferroviaires, c'est que le coût du kilomètre ferroviaire soit plus faible", explique-t-il.

À lire aussi

Et de détailler : "cela dépendra beaucoup du courage du gouvernement de créer des conditions d'ouverture à la concurrence qui soient de réelles conditions d'ouvertures. Si on impose au privé les mêmes règles que celles qu'on impose à la SNCF, cela veut dire que c'est une ouverture fictive à la concurrence. Si en revanche, on permet d'avoir des conditions d'exploitation qui soient en effet plus productives et plus compétitives, on fera beaucoup d'économies de fonctionnement".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/