2 min de lecture Sénat

Sénatoriales 2014 : les 5 candidats à la présidence du Sénat

ÉCLAIRAGE - Cinq candidats se sont déclarés pour devenir le prochain président du Sénat. Les deux favoris, Jean-Pierre Raffarin et Gérard Larcher (UMP), doivent être départagés par le parti la veille du vote.

Gérard Larcher, Jean-Pierre Raffarin, Philippe Marini, Didier Guillaume et Nathalie Goulet, candidats à la présidence du Sénat
Gérard Larcher, Jean-Pierre Raffarin, Philippe Marini, Didier Guillaume et Nathalie Goulet, candidats à la présidence du Sénat Crédit : AFP
Marion Dautry
Marion Dautry
Journaliste RTL

La droite a officiellement repris le dessus sur le parti socialiste au Sénat. Dimanche 28 septembre, l'UMP, l'UDI et les divers droite ont remporté 183 sièges, la gauche 152 et le FN 2. Les sénateurs doivent maintenant élire leur président.

Trois élus UMP se sont déclarés, ainsi que le chef de file des sénateurs PS Didier Guillaume et une centriste indépendante, Nathalie Goulet.

Gérard Larcher veut reprendre sa place

Président du Sénat de 2008 à 2011, le sénateur des Yvelines est décidé à retrouver son siège. Il milite sur la proximité avec les territoires et défend l'utilité de l'institution à la République, alors que le Sénat est souvent attaqué sur ses dépenses et considéré comme une chambre de blocage des textes votés au Parlement.

Jean-Pierre Raffarin tente encore sa chance

Déjà candidat en 2008, il avait perdu face au même Gérard Larcher. Le sénateur de la Vienne, qui n'a annoncé sa candidature que le 12 septembre dernier, martèle le besoin de "renouveau" et de "sursaut" de l'institution. "Il faut un indispensable renouveau pour le Sénat. (...) Le Sénat doit être une force libre au service des citoyens pour exprimer avec énergie l'exigence du redressement", affirme-t-il dans La Nouvelle République.

Philippe Marini, le troisième homme

À lire aussi
Didier Raoult, auditionné au Sénat, le 15 septembre 2020 Coronavirus France
Port du masque obligatoire : "C'est intelligent", estime Didier Raoult

Le sénateur de l'Oise, UMP, actuellement président de la commission des Finances au Sénat, veut affronter les deux poids lourds de la majorité. Lui veut un Sénat "plus moderne que l'Assemblée nationale", qui "doit sortir de ses murs, aller sur le terrain avec des propositions" et être "une force de redressement".

Didier Guillaume fait acte de présence pour la gauche

Le sénateur de la Drôme, chef de file du groupe socialiste, présente sans trop y croire sa candidature. Plutôt que de réellement briguer la présidence, il réclame sur Europe 1, au nom de "la démocratie", la commission des Finances pour le PS.

Nathalie Goulet, l'outsider

La sénatrice de l'Orne joue à fond la carte de la différence : femme, plus jeune, non cumularde, prônant la transparence et "anti-sarkozyste primaire" selon ses propres mots. "Faisons un rêve" titre ainsi Slate, car ni l'Assemblée nationale, ni le Sénat, n'ont jamais été présidés par une femme. Nathalie Goulet défend cependant sa candidature et fustige les tractations des "huiles" en cours dans les couloirs de l'institution. Elle milite pour "dépoussiérer" le Sénat qu'elle veut "sauver d'une mort annoncée".

Les sénateurs éliront mercredi 1 octobre leur président, à bulletins secrets et lors d'une séance publique. L'UMP doit désigner son candidat lors d'une primaire la veille, le 30 septembre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sénat Élections sénatoriales Jean-Pierre Raffarin
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants