1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Selon Bruno Le Roux, les frondeurs sont des "râleurs"

Selon Bruno Le Roux, les frondeurs sont des "râleurs"

REPLAY - INVITÉ RTL - Le président des députés socialistes à l'Assemblée nationale appelle à l'unité après la proposition d'un référendum du "peuple de gauche" proposé par Jean-Christophe Cambadélis.

Bruno Le Roux, Invité de RTL, le 22 septembre 2015
Bruno Le Roux, Invité de RTL, le 22 septembre 2015
Crédit : Célia Coudret / RTL.fr
Bruno Le Roux : "C'est pas des frondeurs en ce moment, c'est des râleurs"
00:47
Bruno Le Roux, Invité de RTL, le 22 septembre 2015
07:20
Emmanuel Macron ne doit pas "réfléchir à voix haute", selon Bruno Le Roux
07:17
Marie-Pierre Haddad
Journaliste

Jean-Christophe Cambadélis a pris François Hollande de court en proposant un référendum du "peuple de gauche" afin d'envisager une stratégie d'union de la gauche pour les élections régionales. Bruno Le Roux appelle les militants à y participer. 

"La défaite de Marine Le Pen dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, comme dans toutes les autres régions, devra aux campagnes que nous allons faire, au bilan que nous avons dans cette région et à la capacité que nous avons d'expliquer aux Français que rien de ce qui s'améliore n'est du au hasard", explique le chef de file des députés socialistes.

Diversité et non pas division

Il lance un appel aux frondeurs en ajoutant que "c'est à nous d'aller expliquer, de mouiller la chemise et d'arrêter de débattre uniquement entre nous. La diversité de la gauche est aujourd'hui acquise, tout le monde la voit, peut-être un peu trop. Cela ne doit pas devenir des divisions. Nous prenons l'initiative de demander à nos concitoyens de gauche de dire oui à la diversité de la gauche et non à la division". 

Je regrette (l'attitude des frondeurs) parce que cela nous affaiblit collectivement

Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale

Bruno Le Roux qualifie les frondeurs de "râleurs" : "Ça ne va jamais assez loin. Il y a toujours une bonne occasion de dire que l'on peut aller plus loin. Ils sont en train de mettre en cause un budget qui va, pour la troisième fois, baisser les impôts des Français, rebooster l'investissement public et privé et qui va faire un effort pour les PME. En étant minoritaires au dernier congrès, ils voudraient que l'on applique tout ce qui a été minoritaire. Je regrette parce que cela nous affaiblit collectivement".  

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/