2 min de lecture Twitter

Élections régionales en Île-de-France : Valérie Pécresse affiche sa prise de guerre pour le second tour

LE TWEET DU JOUR - La candidate Les Républicains s'est réjoui du ralliement de la sénatrice EELV Leïla Aïchi pendant l'entre-deux-tours.

Valérie Pécresse
Valérie Pécresse Crédit : AFP
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Tous les coups sont permis jusqu'au second tour des élections régionales en Île-de-France, dimanche 13 décembre. Dans une région où le Front national ne menace pas de jouer de les trouble-fête, Valérie Précresse et Claude Bartolone se livrent un duel sans merci. Alors que le candidat du Parti socialiste a obtenu la fusion de sa liste avec celle d'Emmanuelle Cosse, candidate d'Europe Écologie-Les Verts, il vient cependant d'enregistrer une défection qui fait tâche.

Sa rivale pour le second tour a annoncé le ralliement de la sénatrice EELV Leïla Aïchi à sa cause. Cette dernière a même été soutenir Valérie Pécresse aux Halles, à Paris, en compagnie de la sénatrice UDI Chantal Jouanno et de Yann Wehrling, du Modem mais aussi ancien patron des Verts. Valérie Pécresse avait déjà tenté une première fois d'obtenir le soutien de son amie de longue date, la sénatrice de Paris était restée fidèle à son parti dans un premier temps.

Alors que le second tour s'annonce très serré - une enquête Odoxa donne Valérie Pécresse en tête avec 42% d'intentions de vote devant Claude Bartolone à 41,5% - les deux adversaires ne se privent plus des coups bas. Mercredi 9 décembre, Claude Bartolone a chargé son adversaire en l'accusant de défendre la "race blanche" qui avait coûté si cher à Nadine Morano dans les colonnes de L'Express mercredi 8 décembre.

La sortie du président de l'Assemblée nationale n'a pas tardé à susciter une traînée de réactions indignées à droite. François Fillon a estimé que le candidat socialiste basculait "dans l'infamie" qualifiant dès lors cette sortie de "lourd dérapage". La tête de liste LR-UDI-MoDem n'a pas manqué de condamner sèchement les insinuations de Claude Bartolone : "C'est abject. J'ai honte pour la politique". Quant à Valérie Pécresse, elle a affirmé avoir eu "un haut-le-cœur" en lisant ces déclarations. Une guerre des mots qu'elle compte bien porter devant la justice : l'ancienne ministre a en effet annoncé avoir déposé plainte pour "injure aggravée".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Twitter Claude Bartolone Valérie Pécresse
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants