1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Sarkozy se pose en rassembleur et refuse l'idée d'une guerre des chefs avec Alain Juppé
3 min de lecture

Sarkozy se pose en rassembleur et refuse l'idée d'une guerre des chefs avec Alain Juppé

Dans un entretien au "Figaro", Nicolas Sarkozy assure que la primaire qui désignera le candidat à la présidence de l'UMP aura lieu en 2016 et sera ouverte. Il joue la carte de l'apaisement avec Alain Juppé et se dit favorable à la suppression de l'ISF.

Nicolas Sarkozy, le 10 novembre, à Caen
Nicolas Sarkozy, le 10 novembre, à Caen
Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue

À trois jours du vote pour la présidence de l'UMP, Nicolas Sarkozy se veut rassembleur. "Mon obsession, c'est le rassemblement", martèle-t-il dans un entretien accordé au Figaro publié ce mardi 25 novembre. À la manière de la posture qu'il avait endossé lors de son retour en politique au milieu du mois de septembre, l'ancien chef de l'État explique que son premier défi "sera de rassembler la famille et à faire en sorte que la moindre différence entre ses membres ne se traduise pas aussitôt par un étalage de divisions".

Une guerre avec Juppé serait "suicidaire"

Dans cette perspective, il promet qu'il n'y aura pas de guerre des chefs avec Alain Juppé. "L'idée d'une guerre serait suicidaire et en tout état de cause étrangère à mon état d'esprit", assure-t-il. Deux jours après les huées essuyées par Alain Juppé à Bordeaux, Nicolas Sarkozy joue la carte de l'apaisement. "Je n'aime pas les huées", rappelle-t-il, tout en prenant le soin de préciser qu'il ne sera "pas celui qui cherchera à bâillonner les militants" car "le temps des militants godillots est révolu".

L'ancien Président donne également des gages à son rival sur l'idée d'une alliance avec le centre. Mais "un centre qui a choisi de s'opposer à la gauche sans ambiguïté et avec clarté. Pas un centre qui est avec la gauche le matin et avec la droite le soir", précise-t-il, refusant de comparer "l'UDI qui a gouverné avec nous et les dirigeants du MoDem qui ont fait campagne contre nous".

Des primaires ouvertes en 2016

Pour désigner le candidat qui conduira l'UMP à la présidentielle de 2017, il y aura une primaire "ouverte". "Je le redis, les primaires auront lieu en 2016 et seront ouvertes", assure-t-il. Mais il prend soin de tempérer son propos en rappelant "qu'avant 2016, l'UMP a à préparer les cantonales et les régionales qui ne doivent pas disparaître derrière l'obsession présidentielle".

À écouter aussi

Rassembleur en vue de 2017, Nicolas Sarkozy n'en oublie pas pour autant qu'il brigue la présidence de l'UMP ce samedi. Aussi a-t-il rappelé qu'il est favorable à l'abrogation de la loi Taubira, comme il l'a affirmé lors de la réunion de Sens commun. "Ma position a toujours été la réécriture de la loi Taubira", assure-t-il, pointant "le problème du lien entre mariage et filiation". "Ceci posé, on ne va pas démarier les gens. Il faudra remplacer cette loi par une autre qui reconnaîtra le droit à un mariage pour les homosexuels", explique-t-il. 

Favorable à la suppression de l'ISF

Il s'est aussi dit favorable à la suppression de l'impôts de solidarité sur la fortune (ISF), appelant à "désidéologiser le débat fiscal français". 

"Je ne souhaite pas que la France quitte l'Union européenne ou la zone euro, donc oui, je pense qu'il faut supprimer l'ISF qui n'existe nulle part ailleurs en Europe", explique l'ex-chef de l'État, qui espère désormais que les plaies ouvertes pendant la campagne pour la présidence de l'UMP seront refermées par un score conséquent samedi. "En matière d'élection, je ne connais qu'un seul critère de succès vraiment incontestable: remporter la victoire. Et si c'est dès le premier tour, c'est encore mieux. Je ne me fixe pas d'autre objectif", assure-t-il.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/