1 min de lecture Nicolas Sarkozy

Sarkozy plaide pour la "concorde" et s'inquiète des "scènes de violence"

"La République est un idéal de concorde", a affirmé lundi 20 janvier l'ancien président Nicolas Sarkozy, en s'inquiétant des "scènes de violence" des derniers mois et fustigeant ceux qui essaient d'allumer "partout des feux de haine".

Nicolas Sarkozy, le 29 août 2019
Nicolas Sarkozy, le 29 août 2019 Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
IMG_5140
Sarah Rozenbaum et AFP

L'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, s'est inquiété des "scènes de violence" des derniers mois, en affirmant que "la République est un idéal de concorde" lors d'une cérémonie de vœux du numéro 2 des Républicains, Guillaume Peltier, à Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher).

L'ancien chef de l'État s'est aussi dit "inquiet de voir l'indifférence qui s'installe peu à peu dans notre pays, l'abstention, l'antiparlementarisme et la haine de l'autre". "Ce sont les quatre cavaliers de l'apocalypse républicaine" qui "sont toujours annonciateurs en France des pires troubles politiques", a-t-il averti la salle composée d'un millier de personnes.

Il a également vilipendé la "tyrannie des minorités" et jugé que "l'identité de la nation doit l'emporter sur les mémoires identitaires". "Le communautarisme et l'esprit de clan sont nuisibles à la France, et dire cela c'est aimer la France", a-t-il lancé sous les applaudissements, assurant que "contester l'identité de la France, c'est contester la France elle-même".

"La République, ce n'est pas les scènes de violence"

"Je voudrais qu'on ne confonde pas égalité de droits et égalitarisme" qui "ne crée que de l'injustice", a-t-il ajouté. "La République française ce n'est pas les scènes de violence auxquelles nous assistons depuis des mois", a-t-il lancé.

À lire aussi
Roselyne Bachelot et François Fillon, lors d'une conférence de presse sur le H1N1 le 24 septembre 2009 Roselyne Bachelot
Coronavirus : retour sur le "commando" de Fillon et Bachelot pour lutter contre la grippe H1N1

Pour lui : "Ce qui ne s'exprime plus dans le cadre républicain tourne nécessairement au soulèvement partisan et à la violence sociale". Il a vilipendé "ceux qui abîment" l'idée de République "en essayant d'allumer partout des feux de haine et de discorde".

Rappelant que la République avait "trouvé sa place dans le cœur des Français à partir du moment ou elle est synonyme de sécurité, de concorde, de paix civile", il a averti : "chaque fois que la République a semé la division, elle est tombée de toute sa hauteur comme un mauvais fruit".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nicolas Sarkozy Manifestations Discours
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants