2 min de lecture Harlem Désir

Sarkozy dans "Le Figaro" : la gauche s'indigne

Après la tribune de Nicolas Sarkozy en réponse aux soupçons dont il fait l'objet, la gauche s'est unanimement indignée, jeudi 20 mars.

Harlem Désir au cours d'un meeting du parti socialiste en 2013
Harlem Désir au cours d'un meeting du parti socialiste en 2013 Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Nicolas Sarkozy est sorti de son silence. Après la révélation d'une partie des enregistrements de conversations avec son avocat Me Thierry Herzog, l'ancien président a énergiquement contre-attaqué jeudi. Il s'interroge notamment sur "ce qui est fait" du contenu des écoutes qui le visent, et évoque "des principes républicains foulés aux pieds", allant jusqu'à évoquer la Stasi (police politique de la RDA).

De nombreuses personnalités à gauche ont réagi pour s'indigner de ces propos et comparaisons implicites.

Christiane Taubira a assuré dans un communiqué qu'elle n'entendait pas "accepter cette injure à l'égard des citoyens français et des juges ainsi que cette attaque envers les institutions de la République". "Dans un Etat de droit, la mise en oeuvre de la loi prévoyant les interceptions judiciaires par des juges indépendants ne peut pas être comparée aux pratiques à l'oeuvre dans des régimes autoritaires ou totalitaires", a souligné la ministre de la Justice.

Sarkozy s'en prend "au fondement même de l'Etat de droit" selon Valls

"Assimiler la République française à la dictature de l’ex Allemagne de l’Est, assimiler la justice et la police à la Stasi, l’ex police secrète, cela disqualifie les critiques de Nicolas Sarkozy", juge Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur, interrogé par Le Parisien.

À lire aussi
Harlem Désir, le 7 juin 2014. Harlem Désir
Harlem Désir : avec son nouveau poste, il va gagner 122.195 euros par an

Le ministre de l'Intérieur a accusé l'ex-chef de l’État  de s'en prendre "au fondement même de l’État de droit". "Aujourd'hui, il y a un ancien président de la République acculé par les problèmes qui s'en prend (...) dans le journal Le Figaro au fondement même de l’État de droit", a déclaré Manuel Valls au cours d'une réunion publique à Grenoble.

"Attaque inouïe" pour Harlem Désir

Jean-Marc Ayrault a qualifié jeudi dans un communiqué de "grave faute morale" le fait pour Nicolas Sarkozy de "mettre en cause l'honneur de la justice et de la police". Le Premier ministre a en outre jugé que "la comparaison entre la République française et l'Allemagne de l'Est est insupportable".

Harlem Désir, premier secrétaire du PS, "dénonce avec force l'attaque inouïe portée par Nicolas Sarkozy contre les institutions de la République", dans la tribune de l'ancien président. "Je dénonce avec force l'attaque inouïe portée aujourd'hui par Nicolas Sarkozy contre les institutions de la République", écrit Harlem Désir dans un communiqué.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Harlem Désir Nicolas Sarkozy Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants