2 min de lecture Saint-Étienne-du-Rouvray

Saint-Étienne-du-Rouvray : le récit glaçant de l'historien Jan de Volder

Celui-ci a enquêté pendant des semaines sur l'attaque perpétrée le 26 juillet à Saint-Étienne-du-Rouvray.

micro générique L'invité RTL du week-end Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
L'invité RTL du week-end du 02 octobre 2016 Crédit Média : Céline Landreau | Durée : | Date : La page de l'émission
Bernard Poirette
Bernard Poirette Journaliste RTL

C'était une messe comme les autres, pas des plus suivies, comme celles de n'importe quel mardi matin en plein été à Saint-Étienne-du-Rouvray. "Normalement ils (les fidèles, ndlr) auraient été une dizaine, mais là il y a trois religieuses et un couple, donc 5 fidèles et le prêtre", explique Jan de Volder. L'historien a enquêté pendant de longues semaines sur les circonstances du drame, qu'ils racontent dans un livre, Martyr, Vie et mort du père Jacques Hamel. Ce mardi 26 juillet, le père Jacques Hamel est en plein office dans l'église. 

"L'un des terroristes entre par la petite porte, il se présente, demande des explications. Il veut des renseignements", explique Jan de Volder. L'une des religieuses, sœur Huguette, l'invite à revenir dix minutes plus tard, à la fin de la messe, pour lui fournir les explications qu'il semble vouloir obtenir. "C'est donc à la fin de la messe que les deux jeunes, qui ont maintenant changé de tenues vestimentaires, rentrent violemment dans l'église", raconte l'historien. Les deux hommes ont des couteaux et une arme factice mais "cela n'est pas clair dès le début". Les sœurs affirment alors, selon Jan Volder, avoir immédiatement compris qu'il s'agissait d'un attentat. "C'est comme les terroristes que l'on voit à la télé", auraient-elles déclaré par la suite.

Une discussion théologique au beau milieu du drame

Qui les terroristes visent-ils alors ? "Leur cible est clairement le père Hamel. Après des prédications et après avoir forcé Monsieur Coponet (le fidèle venu avec sa femme, ndlr) à filmer ce qui va suivre, ils forcent le prêtre à s'agenouiller. Lui va essayer de se défendre. Il prend quelques coups de couteau et voilà, ça va se passer comme cela", développe timidement l'historien. Une fois le père Hamel égorgé, "ils vont essayer d'assassiner aussi Guy Coponet. Ils veulent s'en prendre aux hommes, pas aux femmes. Ils lui donnent des coups de couteau à la gorge. Il se tient pour mort pendant quarante minutes mais sera finalement sauvé", explique Jan de Volder à propos de celui qu'il a pu interviewer mi-août.

Ils leur demandent 'est-ce que vous avez peur de mourir ?', ce à quoi elles répondent 'non, nous savons que nous serons heureuses'.

Jan Volder, historien
Partager la citation

Quarante minutes s'écoulent ensuite. "Dans cette période, il va y avoir une conversation entre les religieuses et les terroristes. Ils leur demandent 'est-ce que vous avez peur de mourir ?', ce à quoi elles répondent 'non, nous savons que nous serons heureuses". Dans cette conversation étonnante, il est également question "du statut de Jésus, de dieu, de la paix, du Coran, de la Bible, dans cette situation cauchemardesque". Contrairement à ce qui a pu être rapporté, les deux assaillants ne prennent pas les otages comme boucliers humains d'après Jan de Volder. Ils sortent de l'église, déterminés à mourir, en martyrs selon eux. Ils sont abattus sur le coup.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Saint-Étienne-du-Rouvray Attentat Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants