4 min de lecture Retraites

Réforme des retraites : quelles étaient les promesses de campagne de Macron ?

ÉCLAIRAGE - Une réunion au sommet de l'État est programmée sur le sujet vendredi 24 novembre, alors que les premières consultations entre le Haut-commissaire aux retraites et les syndicats ont débuté.

Emmanuel Macron à Toulouse, le 11 septembre
Emmanuel Macron à Toulouse, le 11 septembre Crédit : PAVANI-POOL/SIPA
109127536140888961261
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Six mois après son élection, Emmanuel Macron poursuit au pas de charge ce qu'il appelle "la transformation du pays". Les ordonnances réformant le code du travail sont sur le point d'être ratifiées - la date du mardi 28 novembre est évoquée - et le débat est ouvert sur l'avenir de l'assurance chômage.

Dans le même temps, un nouveau chantier - et pas des moindres tant de nombreux gouvernements s'y sont cassé les dents - s'ouvre. Une réunion au sommet de l'État est programmée sur l'épineuse réforme des retraites vendredi 24 novembre à l'Élysée, où Emmanuel Macron réunira Édouard Philippe et deux de ses ministres Gérald Darmanin (Action et Comptes publics) et Agnès Buzyn (Santé), ainsi que Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire aux retraites.

Le Président a confié le soin au haut-commissaire aux retraites de recevoir une à une les organisations syndicales et patronales pour une première prise de contact officielle. Ainsi, dès le mardi 21 novembre, la CFE-CGC, U2P, Force ouvrière, la CFDT, la CFTC, l'Unsa et la CGT se sont relayés dans le cabinet de l'ancien président du Conseil économique social et environnemental. Une loi-cadre est attendue pour le premier semestre 2018.

À lire aussi
Jean-Paul Delevoye, haut commissaire chargé de la réforme des retraites société
Retraites : Jean-Paul Delevoye annonce que l'âge de départ reste "fixé à 62 ans"

Pour comprendre l'enjeu de ces discussions et sur quelle base elles débutent, il faut revenir quelques mois en arrière, lorsqu'Emmanuel Macron, encore candidat à la présidentielle, avait présenté son projet.

Ce que propose Emmanuel Macron

- La création d'un système universel
Le 2 mars, l'ancien locataire de Bercy résumait dans un slogan ce qui devait être, selon lui, la philosophie d'une telle réforme. "Pour chaque euro cotisé, le même droit à pension pour tous !". Notre système aurait un caractère universel, c'est-à-dire qu'il serait le même pour tous, dans dix ans. Quelque soit le statut du futur retraité - fonctionnaires, salarié du privé ou indépendant - un euro cotisé produirait ainsi les mêmes droits à la retraite. 

À en croire l'ancien proche de François Hollande, cette réforme favoriserait aussi la mobilité des salariés et encouragerait les plus entreprenants d'entre eux à la prise de risques vu que le fait de changer d'activité ou de secteur serait sans effet sur ses droits à la retraite. Il est à noter que pendant la période transitoire - potentiellement une décennie - une cohabitation de deux régimes de retraite, l’ancien et le nouveau, est une option. Une conversion des droits déjà acquis dans le nouveau système en est une autre, explique Capital.

- La fin des régimes spéciaux ?
Cette réforme enterrerait de facto la trentaine de régimes spéciaux de retraites existants (cheminots, électriciens, fonctionnaires...). Tous convergeraient en effet vers un système unique. Toujours par répartition, c'est-à-dire que les cotisations des salariés actuels financent les pensions des retraités actuels. Les avantages - calcul plus favorable de la pension de retraite, départ anticipé - que certains régimes conféraient aux salariés affiliés disparaîtront "progressivement".

Un point sensible, qui pourrait mettre le feu aux poudres socialement. Pour preuve, la simple évocation début septembre d'une possible suppression du régime spécial des cheminots a provoqué une réaction unanime des syndicats de la SNCF mais aussi, et c'est plus rare, des dirigeants de la CGT, Philippe Martinez, et de la CFDT, Laurent Berger.

- Un système de retraite par point
Emmanuel Macron propose un système de retraite par point, où un euro cotisé ouvrirait les mêmes droits à tous. Un actif accumulerait ainsi chaque année un certain nombre de points - un "capital virtuel" - qui seraient convertis au moment de son départ à la retraite, par le biais d'un coefficient, en pension", explique Les Décodeurs.

"Ce coefficient prend en compte deux facteurs : l'âge de départ à la retraite et l'espérance de vie de chaque génération au moment du départ." Contrairement à aujourd'hui, le montant des retraites pourrait donc varier si la valeur du point ou le coefficient de conversion varient. Notre modèle se rapprocherait alors des modèles suédois et italien.

Ce qui ne devrait pas changer

- L'âge légal de départ à la retraite
Comme le caractère du système - obligatoire et par répartition - et le niveau des pensions, l'âge légal de départ à la retraite - fixé à 62 ans par Éric Woerth en 2010 - ne devrait pas reculer pendant le quinquennat, malgré les recommandations contraires formulées par le Comité de suivi des retraites, qui souligne "qu'à moyen ou long terme, l'allongement de l'espérance de vie pourrait justifier un recul de l'âge de départ à la retraite." Le même organisme déplorait cet été que le retour à l'équilibre financier a été repoussé du milieu des années 2020 au début des années 2040, dans le meilleur des cas.

Rien ne changera, enfin, pour ceux qui sont actuellement à moins de 5 ans de la retraite. Ces derniers ne seront pas concernés par la réforme à venir.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Retraites Emmanuel Macron Présidentielle 2017
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791069290
Réforme des retraites : quelles étaient les promesses de campagne de Macron ?
Réforme des retraites : quelles étaient les promesses de campagne de Macron ?
ÉCLAIRAGE - Une réunion au sommet de l'État est programmée sur le sujet vendredi 24 novembre, alors que les premières consultations entre le Haut-commissaire aux retraites et les syndicats ont débuté.
https://www.rtl.fr/actu/politique/reforme-des-retraites-macron-quelle-etait-la-promesse-de-campagne-7791069290
2017-11-24 06:20:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/A21VbAcMh00lo0jr7VOikw/330v220-2/online/image/2017/0911/7790054202_emmanuel-macron-a-toulouse-le-11-septembre.jpg