4 min de lecture Primaire Les Républicains

Primaire Les Républicains : pourquoi le PS dissuade-t-il ses électeurs de voter ?

ÉCLAIRAGE - La guerre des primaires a débuté entre Vaugirard et Solférino. Un premier duel avant la présidentielle.

Jean-Christophe Cambadélis, premier sécretaire du Parti Socialiste, au siège du parti rue de Solférino
Jean-Christophe Cambadélis, premier sécretaire du Parti Socialiste, au siège du parti rue de Solférino Crédit : SIPA
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

C'est le débat politique du moment : les électeurs de gauche doivent-ils glisser un bulletin dans l'urne à la primaire de la droite et du centre les 20 et 27 novembre prochains ? Si les concernés prendront leur décision en leur âme et conscience au moment venu, les politiques ne se privent pas pour donner leur avis sur la question.

Alain Juppé, qui a intérêt à ce que le nombre d'électeurs soit le plus important possible, a lancé un appel aux "déçus du hollandisme". À l'inverse, Nicolas Sarkozy refuse de s'adresser à eux, dénonçant "parjure", "compromission" et "déloyauté" à longueurs de discours, bien qu'un électeur socialiste de 2012 puisse parfaitement adhérer aux "valeurs républicaines" censées être transpartisanes. Les partisans de l'ancien chef de l'État ne sont pas les seuls à décourager cette frange de l'électorat. En effet, depuis quelques jours, les soutiens de François Hollande - Julien Dray et Najat Vallaud-Belkacem en tête - sortent du bois et se montrent, eux aussi, particulièrement hostiles à cette idée. Pourquoi ? Voici quelques éléments de réponse.

Pour ne pas amplifier la dynamique à droite pour 2017

Depuis la mise en ligne des 10.228 bureaux de vote qui seront ouverts les jours de scrutin, ils sont déjà 800.000 à s'être intéressés à la localisation de l'isoloir le plus proche de chez eux. Si le chiffre témoigne de l'intérêt grandissant des Français pour la primaire LR, il est aussi source d'angoisse pour le Parti socialiste. En effet, qu'y aurait-il de pire pour le parti à la rose de voir le nombre de participants à la primaire du camp adverse pulvériser son score de 2011 ?

Cette année-là, 2.661.000 personnes s'étaient déplacées au premier tour. Ils étaient 2.860.000 à participer au second tour. Dans le scénario le plus optimiste, Les Républicains prévoient une participation oscillant entre 3 et 4 millions de votants. La gauche ne peut donc tout simplement pas encourager ses électeurs déçus à se rendre aux urnes et permettre à la droite d'être sur une très bonne dynamique avant 2017. Selon plusieurs sondages, 8 à 10% des personnes déclarant vouloir voter à la primaire de la droite seraient des sympathisants de gauche.

À lire aussi
INVITÉ RTL - Guillaume Larrivé : “Il est temps de changer les équipes qui perdent”, sur Les Républicains Les Républicains
LR : “Il est temps de changer les équipes qui perdent”, dénonce Guillaume Larrivé

Par ailleurs, le Parti socialiste et ses alliés, qui organisent leur primaire en janvier 2017, devraient souffrir de la comparaison. Ces derniers tablant sur une participation variant seulement entre 1,7 et 2 millions de votants

Pour ne pas "fausser" le résultat de la primaire de la droite

Pour la ministre de l'Éducation nationale, il est impensable de voir des électeurs de gauche patienter devant l'isoloir les 20 et 27 novembre. Sur France 2 le 2 octobre dernier, elle leur conseillait "de ne surtout pas y aller, ce serait totalement malsain que de s'occuper d'une primaire Les Républicains basée sur les valeurs de la droite."

Julien Dray, dont l'influence sur le chef de l'État n'a jamais été démentie, confirme : "Si on fait des primaires, c'est pour permettre à chaque camp de déterminer quel est son champion. Et on ne peut pas les fausser, sinon elles n'ont plus de sens. Et donc là-dessus, il a raison. (...) Si une partie de l'électorat de droite venait fausser nos élections primaires, moi, militant de gauche, j'en serais révolté", explique-t-il dans des propos rapportés par Le Lab.

Pour ne pas faciliter la victoire d'Alain Juppé

François Hollande n'est pas officiellement candidat à la présidentielle mais il semble avoir choisi son adversaire à droite. En effet, le chef de l'État préférerait affronter Nicolas Sarkozy à Alain Juppé en 2017. D'abord parce qu'il l'a déjà battu en 2012, ensuite parce qu'il est désormais associé à la droite de la droite notamment après les débats sur la lutte contre le terrorisme et sur l'islam. Ce qui laisse davantage de place sur l'échiquier politique pour exister et glaner des voix. 

Pour Alexis Brézet, journaliste au Figaroil est "clair que l'un et l'autre se sont choisis. Mais quand ils s'attaquent l'un l'autre, ils parlent chacun à leurs électeurs." François Hollande se réclamant l'antithèse de Nicolas Sarkozy et réciproquement. 

Les consignes de vote des politiques restent-elles "utiles" ?

Alors que les électeurs se disent de plus en plus déçus des partis politiques, les consignes de vote servent-elles encore à quelque chose ? Interrogé par Le Figaro au moment des régionales 2015 où des électeurs de gauche devaient départager des duels Les Républicains-Front national, le sondeur Jérôme Fourquet explique que les consignes de vote ont "une influence" sur les citoyens. "Certes, on a des électeurs fortement autonomes, qui ne votent plus comme un seul homme, comme c'était le cas en 2002, lorsque les citoyens se sont massivement mobilisés pour faire échouer le candidat frontiste Jean-Marie Le Pen", reconnaît le responsable du département "Opinion" de l'Ifop. "Mais les consignes de vote restent utiles et décisives dans des scrutins serrés".

Dans le cas présent néanmoins, on parle de "consignes de non-participation" à un scrutin. Ce qui est assez inédit. Impossible donc d'analyser encore si elles seront suivies d'effet.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire Les Républicains Présidentielle 2017 Les Républicains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785160742
Primaire Les Républicains : pourquoi le PS dissuade-t-il ses électeurs de voter ?
Primaire Les Républicains : pourquoi le PS dissuade-t-il ses électeurs de voter ?
ÉCLAIRAGE - La guerre des primaires a débuté entre Vaugirard et Solférino. Un premier duel avant la présidentielle.
https://www.rtl.fr/actu/politique/primaire-les-republicains-pourquoi-le-ps-dissuade-t-il-ses-electeurs-de-voter-7785160742
2016-10-08 10:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/_zU3ff_NtYTBWTM-Br-4hA/330v220-2/online/image/2016/0620/7783750521_jean-christophe-cambadelis-premier-secretaire-du-parti-socialiste-au-siege-du-parti-rue-de-solferino.jpg