1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : pourquoi Alain Juppé charge la "grande distribution" et l'oppose à "nos paysans"
3 min de lecture

Présidentielle 2017 : pourquoi Alain Juppé charge la "grande distribution" et l'oppose à "nos paysans"

ÉCLAIRAGE - Alain Juppé s'est positionné dans la lutte entre la grande distribution et les agriculteurs en rappelant ce jeudi 12 mai sur RTL qu'il souhaite des rééquilibrages dans ce domaine.

Alain Juppé le 12 mai 2016 dans les studios de RTL
Alain Juppé le 12 mai 2016 dans les studios de RTL
Crédit : R. Boé / Sipa / RTL
James Abbott
James Abbott

Alain Juppé marche-t-il dans les pas de Jacques Chirac ? Le candidat de la primaire de la droite en vue de l'élection présidentielle de 2017 adopte un discours à même de séduire les agriculteurs français. Michelle, une auditrice de RTL, a interpellé, et félicité, Alain Juppé, ce jeudi 12 mai, pour avoir chargé la grande distribution lors de son discours de politique générale en 1995, prononcé au moment où il a été nommé premier ministre par... Jacques Chirac. "La grande distribution, ce ne sont que de vulgaires hangars commerciaux qui ne font ni la richesse, ni l'esthétique ni l'apanage de la France", a rapporté l'auditrice, même si en réalité Alain Juppé n'était pas allé jusqu'à dire cela (le discours complet ici). Mais ce thème est toujours d'actualité en 2016 et l'ancien chef du gouvernement ne s'en cache pas. 

"Je n'ai pas véritablement changé d'avis, a-t-il répondu à l'auditrice ce jeudi 12 mai sur RTL. Je ne vais pas partir en guerre contre la grande distribution mais quand même, c'est un phénomène français. Demandez à nos paysans ce qu'ils pensent du rapport de force entre les producteurs et ces grandes centrales d'achat qui sont quasiment en situation de monopole aujourd'hui."

Il y a des choses à rééquilibrer

Alain Juppé, au sujet de la grande distribution

Que veut-il donc faire pour modifier cela ? Alain Juppé assure qu'il y a "des choses à rééquilibrer", modérant toutefois son propos en précisant que la grande distribution a "modernisé le commerce", mais qu'il ne faut toutefois pas qu'elle agisse "dans n'importe quelles conditions".

Le maire de Bordeaux apporte des précisions dans son programme économique, dont il a donné les contours dans un livre intitulé 5 ans pour l'emploi : "L’établissement d’un nouvel équilibre entre producteurs, transformateurs et grande distribution passera aussi par une nouvelle évolution du droit de la concurrence pour corriger les dérives de la LME (loi de modernisation économique votée en 2008) qui a tiré les prix vers le bas."

À lire aussi

Pour remédier à cela, Alain Juppé a un plan précis et veut un "renforcement des contrôles qui pèsent sur la grande distribution" pour veiller scrupuleusement au respect de la loi.

Populaire chez les agriculteurs, mais pas le préféré

Les intentions de vote chez les agriculteurs en novembre 2015
Les intentions de vote chez les agriculteurs en novembre 2015
Crédit : BVA - Terre-net

Parlant de "priorité absolue" en expliquant que les entreprises, "des petits artisans jusqu'aux start-up", doivent gagner en compétitivité pour se développer et créer des emplois. Alain Juppé compte compte notamment repenser le statut des exploitations agricoles pour les considérer comme des entreprises. Il lie ainsi la question de l'agriculture avec son programme économique. Un sujet qui sera important en vue de l'élection présidentielle de 2017. "Notre société a oublié tout ce que procure une agriculture performante", insiste-t-il dans son programme.

Dans un sondage BVA pour Terre-net datant de novembre 2015 (voir ci-dessus) c'est l'ancien ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, lui aussi chiraquien, qui est pourtant en tête des intentions de vote chez les agriculteurs. Il est le candidat préféré de 34,9% des sondés contre 30,7% pour Alain Juppé, qui reste toutefois largement devant ses poursuivants, François Fillon (10,4%) et Nicolas Sarkozy (9,5%).

Dans la lutte pour conquérir le cœur des agriculteurs, l'ensemble des candidats propose des mesures similaires : réaménagement de la politique agricole commune, allègement des normes, des charges sociales et fiscales... Alain Juppé, dont les parents étaient exploitants agricoles, a donc de la concurrence sur le secteur

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/