2 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : "On n'est pas obligé de faire 2 quinquennats", dit Chevènement

INVITÉ RTL - Pressenti pour prendre la tête de la Fondation pour l'islam de France le 28 novembre, Jean-Pierre Chevènement attend "que François Hollande donne sa décision" pour "donner sa préférence".

245_MARTICHOUX
Elizabeth Martichoux et Clémence Bauduin

Il se prononcera "en fonction des intérêts du pays", promet-il. Jean-Pierre Chevènement, en bonne place pour devenir le président de la Fondation pour l'islam de France, refuse pour l'heure de donner son soutien à un candidat en vue de la prochaine élection présidentielle. S'il reconnaît à François Hollande un certain nombre de qualités, l'ancien ministre estime insidieusement, qu'une candidature à sa propre succession doit être une décision mûrement réfléchie. "Il y a un autre scénario qui est possible. On n'est pas obligé de faire deux quinquennats, affirme-t-il. On peut aussi dire : 'J'ai fait ce que j'avais à faire. J'ai fait de mon mieux pour agir en fonction des intérêts de la France mais dans les conditions actuelles, je ne me représente pas'", poursuit Jean-Pierre Chevènement. 

L'ancien ministre estime que François Hollande "a pris de bonnes décisions" sur certains plans, et notamment à l'international. "Sur le Mali, il a réagi rapidement. Sur l'Algérie, il a su maintenir un contact étroit depuis le début de son quinquennat", illustre celui qui fut ministre de la Défense entre 1988 et 1991. Pour lui, François Hollande "est resté fidèle à ses convictions. Il est fidèle à lui-même".

Le 12 octobre, la publication d'un livre-confessions par deux journalistes du Monde a valu à l'actuel président de la République de nombreuses critiques. Si certains y voient le cap ultime franchi par un président trop bavard avec les médias, d'autres y fustigent le ton sur lequel François Hollande évoque - entre autres - la magistrature. Un ton qui, selon beaucoup, abaisse la stature présidentielle. "L'État ne doit pas être abaissé, ni vis-à-vis du pouvoir médiatique, non plus vis à vis de la justice, estime Jean-Pierre Chevènement. Sur le plan international, la conversation avec Tsipras devant les journalistes a aujourd'hui des retombées dans l'opinion publique grecque".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 L'invité de RTL Jean-Pierre Chevènement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants