1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Nicolas Domenach : "Je ne crois absolument pas au retrait définitif de Hollande"
1 min de lecture

Nicolas Domenach : "Je ne crois absolument pas au retrait définitif de Hollande"

BILLET - François Hollande, qui a renoncé à se présenter à la primaire, n'a pas pu se résigner à un silence total. Il sort la sulfateuse.

Nicolas Domenach
Nicolas Domenach
Crédit : Maxime Villalonga
On n'est pas forcément d'accord avec Nicolas Domenach, le 11 janvier
03:24
Présidentielle 2017 : "Je ne crois absolument pas au retrait définitif de Hollande", dit Nicolas Domenach
03:28
Nicolas Domenach & Loïc Farge

"François Hollande aurait mieux fait de se taire, de rester au-dessus de la mêlée à la hauteur qu’il avait su prendre avec son renoncement !", lance Nicolas Domenach, selon qui le chef de l'État est "repris par cette incontinence verbale qui lui a coûté si cher". "La confidence de couloir ou le cancan de concierge, c’est plus fort que lui. Il parle, il débite de la confidence comme on assassine, en 'commentatueur' qui tue les autres mais par ricochet, se flingue lui-même", poursuit-il. Comme le raconte Le Monde, le Président "sort la sulfateuse contre ceux qui osent prétendre lui succéder".

"C'est du Shakespeare en pire, en petit. C’est le jeu sombre auxquels se laissent aller ces puissants qui, tous ou presque, ne veulent pas d’héritier issu de leur camp", raille le journaliste. "Si François Hollande balance non pas l’encensoir, mais le 'descensoir' sur Valls et les principaux prétendants socialistes, s’il les monte les uns contre les autres, c’est parce qu’il a intérêt à prouver que sans lui, tout part en quenouille, pour rester poli, et qu’aucun n’est capable de réussir comme lui l’unité de la gauche", analyse-t-il.

"Mais il y a mieux !", prévient Nicolas Domenach, qui s'explique : "Je ne crois absolument pas au retrait définitif de François Hollande". Il poursuit : "Il est jeune - 62 printemps - et il a la politique dans le sang. Il n’a fermé aucune porte. Et comme Nicolas Sarkozy, comme Valéry Giscard d’Estaing en leur temps, il fera tout pour compter encore".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/