1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : Najat Vallaud-Belkacem déplore la désunion du PS
1 min de lecture

Présidentielle 2017 : Najat Vallaud-Belkacem déplore la désunion du PS

INVITÉE RTL - La ministre de l'Éducation nationale explique son désaccord avec la candidature d'Emmanuel Macron.

Najat Vallaud-Belkacem
Najat Vallaud-Belkacem
Crédit : Johanna Guerra / RTLNET
Seine-Saint-Denis : Fillon et Le Pen "soufflent sur les braises", selon Vallaud-Belkacem
11:26
Seine-Saint-Denis : Fillon et Le Pen "soufflent sur les braises", selon Vallaud-Belkacem
11:47
Seine-Saint-Denis : Fillon et Le Pen "soufflent sur les braises", selon Vallaud-Belkacem
00:44
Julien Absalon
Julien Absalon

Les ralliements socialistes en faveur d'Emmanuel Macron se font de plus en plus nombreux. Dernier exemple en date : le soutien annoncé de l'ancien maire parisien Bertrand Delanoë. Najat Vallaud-Belkacem, qui adhère à la candidature de Benoît Hamon, ne veut cependant pas ouvertement critiquer ces défections au PS. "Parmi les socialistes qui font le choix de rejoindre Emmanuel Macron, il y a beaucoup d'amis et de gens que j'apprécie. Vous ne me verrez pas jeter l'anathème sur ces gens-là. C'est leur choix, leur liberté", dit la ministre de l'Éducation au micro de RTL.

"On peut déplorer que le camp socialiste ne reste pas uni, bien entendu. En même temps, je ne tire pas de conclusions s'agissant des individus. De la même façon, j'aimerais qu'on ne tire pas de conclusions désagréables s'agissant de ceux qui font le choix de rester en soutien à Benoît Hamon", poursuit la ministre qui ne veut pas être considérée comme "sectaire".

Najat Vallaud-Belkacem explique néanmoins pourquoi elle n'a pas fait le choix Emmanuel Macron : "Le mieux, c'est quand même de se fier à ses convictions profondes et aux valeurs que l'on défend. Il me semble que les valeurs de la gauche, aujourd'hui, sont défendues par le candidat de la gauche et beaucoup moins par le candidat qui appelle au dépassement du clivage gauche-droite. Dans le dépassement de ce clivage, auquel je n'ai jamais cru, la gauche s'affaiblit".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/