2 min de lecture Présidentielle 2017

Malek Boutih ne veut pas que François Hollande soit réélu en 2017

INVITÉ RTL - Révolté par ce qu'il a lu dans les confidences de Hollande, le député de l'Essonne souhaite rapidement tourner la page en 2017.

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Malek Boutih ne veut pas que François Hollande soit réélu en 2017 Crédit Image : Maxime Carignano / RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245_MARTICHOUX
Elizabeth Martichoux et Julien Absalon

"Je suis effondré". Malek Boutih ne cache pas sa déception après avoir commencé à lire Un président ne devrait pas dire ça, le livre des confessions de François Hollande qui secoue tant la politique française. Invité de RTL, jeudi 20 octobre, le député de l'Essonne considère que le président n'a pas seulement commis une erreur mais "plus que ça". "Quand vous êtes de gauche, c'est terrible. Il y a des moments où on a le souffle coupé par ce qu'on peut lire et même des moments où j'ai été assez ému", reconnaît l'élu socialiste.

Il revient notamment sur un extrait du livre concernant Delphine Batho, ancienne ministre de l'Écologie, limogée sans ménagement en juillet 2013 après une critique de la politique budgétaire du gouvernement Ayrault. "On explique qu'elle a été virée parce qu'elle ne pèse rien, qu'elle n'a pas d'amie, alors que je suis son ami, et que les petits ne valent rien. C'est époustouflant et c'est quelque chose d'effondrant, sincèrement", dit-il avec émotion.

"Non-assistance à gauche en danger"

Pourtant, il fut une époque où Malek Boutih soutenait encore François Hollande. Ce temps est révolu, et il le reconnaît aisément. "Vous avez des gens qui ont beaucoup de qualités, mais quand ils sont dans l'épreuve et dans le match, tout d'un coup il y a autre chose qui apparaît".

Désormais, l'ancien président de SOS Racisme espère une fin rapide de l'ère Hollande à l'Élysée. Car selon lui, surtout après la publication de ce livre, c'est désormais "quitte ou double" pour le chef de l'État. "Sincèrement, moi je suis pour le quitte, pas pour le double", lance Malek Boutih sans la moindre hésitation. "Il a le droit de se présenter, mais on n'est pas obligé d'acquiescer le fait présidentiel, l'obligation de se soumettre aux desiderata d'une personne", ajoute-t-il.

À lire aussi
François Hollande à Blois, le 14 novembre 2018 présidentielle 2017
Présidentielle 2017 : François Hollande regrette de ne pas s'être présenté

Pour prendre la relève à gauche, Malek Boutih voit en Manuel Valls, dont il est très proche, la solution idoine. S'il concède que le Premier ministre "ne veut pas" se lancer dans la course "pour l'instant", il a "envie de le pousser" à prendre les devants. "Il y a non-assistance à gauche en danger. Il y a besoin d'avoir une autre personnalité forte qui se relève et offre une espérance".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 François Hollande Malek Boutih
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants