2 min de lecture Confidentiels politique

Présidentielle 2017 : le candidat Macron a-t-il bénéficié de rabais pour ses meetings ?

CONFIDENTIELS RTL - Le candidat Macron a-t-il bénéficié de ristournes très avantageuses sur l'organisation de certains meetings pendant la campagne présidentielle, comme l'affirme le site Mediapart ? Dans la majorité, on ne se bouscule pas pour commenter.

Pauline de Saint-Remy Les Confidentiels RTL Pauline De Saint-Rémy
>
Présidentielle 2017 : le candidat Macron a-t-il bénéficié de rabais pour ses meetings ? Crédit Image : AFP / Archives, PATRICK KOVARIK | Crédit Média : Vincent Derosier | Durée : | Date : La page de l'émission
Générique 1
Vincent Derosier et Loïc Farge

C'est sûr que les députés de La République En Marche sont beaucoup plus disponibles pour vanter les réformes du quinquennat que pour commenter ces histoires de location de salles. Rappelons de quoi il s'agit. La société d'événementiel GL Events
 est dirigée par un certain Olivier Ginon, proche du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. Le chef de l'État le connait bien aussi.

Selon Mediapart, le candidat Macron a obtenu d'importantes réductions commerciales pour l'organisation de deux meetings en juillet et en décembre 2016 : le premier à la Mutualité (Emmanuel Macron est encore ministre de l'Économie), le second à la Porte de Versailles en décembre (le premier grand meeting de la campagne). 
 
On parle de sommes importantes : 30%, 50%, parfois 100% de réduction pour une journée d'installation. Le journal affirme que "En Marche" s'en est tiré avec une facture de 25.000 euros pour la Mutualité, contre 44.000 euros pour la même salle, mais à des périodes différentes pour les candidats Hamon et Fillon.

Porte de Versailles, En Marche a économisé environ 10.000 euros. Même la Commission nationale des comptes de campagne, qui a validé les comptes du candidat, a noté des promotions d'un "pourcentage anormalement élevé".

Prudence et inquiétude

Ça réagit prudemment dans la majorité. Les "Marcheurs", à qui j'ai pu parler, avancent deux arguments. Toujours les mêmes. Le premier : les comptes du candidat Macron ont été validés ; donc il n'y a, selon eux, aucune irrégularité. "Mediapart est dans la posture, dénonce un député, ils font de la mousse avec rien".

À lire aussi
Jair Bolsonaro international
Bolsonaro insulte Macron : "C'est typique de ce populisme moderne", selon un spécialiste

Deuxième argument : une prestation en juillet n'a pas le même prix qu'à quelques semaines de la campagne. Selon un salarié de "En Marche", "on compare les choux et les carottes". 
 
Prudence aussi à l'Élysée. Des proches du Président reconnaissent qu'il y a eu des tarifs avantageux. Mais uniquement, dit le Château, parce que En Marche a mené une approche "agressive des négociations commerciales".

Un conseiller m'explique qu'en "internalisant un grand nombre de prestations", ils ont réussi à faire chuter les prix. Notamment en faisant travailler les centaines de bénévoles. Vous savez, ces fans d'Emmanuel macron en t-shirt de couleurs qui ont assuré la billetterie, les vestiaires, le rangement ou l'installation des salles pendant la campagne.

Quoi qu'il en soit, un salarié de "En Marche" me confie que l'Élysée se fait du souci. La preuve, selon lui : cette enquête du journal Le Parisien sur le couple macron, le week-end dernier. "Si on nous explique que le chef de l'État achète son dentifrice avec ses deniers personnels, c'est qu'il cherche à allumer un contre-feu", dit-il. Au moins on sait que le Président a une bonne hygiène bucco-dentaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confidentiels politique Emmanuel Macron Présidentielle 2017
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants