3 min de lecture Société

Pourquoi vote-t-on à main levée à l'Assemblée nationale ?

ÉCLAIRAGE - Un vote à main levée qui, selon des députés, aurait été mal comptabilisé a crée l'indignation au sein de l'hémicycle. L'occasion de revenir sur ce mode de scrutin qui a traversé les décennies.

Vote à l'Assemblée nationale le 28 juillet 2017
Vote à l'Assemblée nationale le 28 juillet 2017 Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Amélie James
Amélie James

"Le cadre dans lequel on exerce aujourd'hui est un cadre particulièrement nouveau et atypique. On a une Assemblée profondément renouvelée (...) En face, vous avez parfois des vieux briscards", s'est exclamé Hugues Renson ce lundi 31 juillet au micro de RTL. Le vice-président de l'Assemblée nationale a ainsi répondu aux critiques de l'opposition qui dénonce un "amateurisme" des députés REM. Car depuis quelques semaines, les cafouillages se succèdent et virent au chaos au Palais Bourbon. 

Le dernier en date est un scrutin à main levée dirigé par le vice-président de l'Assemblée nationale Hugues Renson, jeudi 27 juillet. Après un calcul des voix, le président de la séance, a déclaré qu'un amendement était rejeté. Cette annonce a instantanément déclaré un vent de contestation de la part de quelques députés qui ont estimé que le vote avait mal été comptabilisé. 

Le vote à main levée est un mode de scrutin transparent et public. À l'Assemblée nationale, le vote à main levée est "procédure normale" utilisée par les députés pour émettre leur avis entre plusieurs propositions. Sauf sur demande du président de séance, le vote se fait donc majoritairement à main levée. Comme le précise le règlement du Palais Bourbon de 1958, "l’Assemblée vote normalement à main levée en toutes matières, sauf pour les nominations personnelles". À titre d'exemple, l'élection du Président de l'Assemblée nationale a lieu au scrutin secret et non public. 

À lire aussi
Des milliers de personnes marchent pour le climat à Paris samedi 13 octobre 2018 environnement
Pétition pour le climat : les ONG vont déposer un recours contre l'État le 14 mars

Le président de séance, "maître de cérémonie"

Après une présentation du texte soumis par le gouvernement et des propositions d'amendements, le président de séance requiert le vote des députés. En cas de vote "pour", les électeurs lèvent la main pour exprimer leur accord. En cas de vote "contre", ils laissent leurs bras baissés. Le président de séance, que l'on peut qualifier de "maître de cérémonie" comptabilise ensuite les voix puis annonce le résultat à l'Assemblée. Pratique et rapide, ce mode de scrutin permet de connaître instantanément l'issue du vote. La position de chacun des députés est donc connue mais n'est pas enregistrée. En cas de doute, le président de séance peut demander de procéder par "assis et levé". 

Soumis au seul arbitrage du président de séance, le vote à main levée présente ainsi quelques limites. Cette technique n'est pas novatrice. Durant l'Antiquité, l'Assemblée citoyenne communément surnommée l'Ecclésia avait déjà pour habitude de voter les lois, le budget ou encore l'ostracisme à main levée. Depuis, les techniques ont pourtant évoluer et ont fait naître de nouveaux modes de scrutin. 

Des boîtiers électroniques

Pourtant, il permet de voter rapidement et simplement. Il n'exige pas que les élus soient assis à leur place nominative contrairement au vote public. Car rappelons-le, il est finalement rare que chaque député garde sa place tout au long des débats. 

Ce mode de scrutin s'oppose donc au "vote par scrutin public ordinaire" permis grâce aux boîtiers électroniques dont disposent les députes. Ils sont nominatifs et situés sur chaque pupitre de l'hémicycle. Pour qu'il soit utilisé, ce mode de scrutin doit être exigé. Il peut être requis par le gouvernement, le président de séance ou par la commission. Il peut également être demandé par le président d'un groupe ou par la Conférence des présidents. Le boîtier électronique permet à chaque député ayant reçu une délégation de voter pour un autre élu. Contrairement au vote à main levée, la position adoptée par les députés est enregistrée et publiée au Journal Officiel

Une technique contemporaine qui a d'ores-et-déjà été l'objet de quelques étourderies de la part des élus. En 2011 par exemple, Libération rapportait que Jérôme Cahuzac qui disposait de la délégation de vote de François Hollande, s'était trompé de bouton et avait voté pour un plan de rigueur alors qu'il souhaitait voter contre. Une fois la voix comptabilisée, aucune marche arrière n'est possible. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Assemblée nationale Vote
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789523425
Pourquoi vote-t-on à main levée à l'Assemblée nationale ?
Pourquoi vote-t-on à main levée à l'Assemblée nationale ?
ÉCLAIRAGE - Un vote à main levée qui, selon des députés, aurait été mal comptabilisé a crée l'indignation au sein de l'hémicycle. L'occasion de revenir sur ce mode de scrutin qui a traversé les décennies.
https://www.rtl.fr/actu/politique/pourquoi-vote-t-on-a-main-levee-a-l-assemblee-nationale-7789523425
2017-08-01 08:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/OCQe0UmI5sAEtS5Kct0eyQ/330v220-2/online/image/2017/0728/7789525615_vote-a-l-assemblee-nationale-le-28-juillet-2017.jpg