1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Pour Florian Philippot, un garde du corps peut être assistant parlementaire
1 min de lecture

Pour Florian Philippot, un garde du corps peut être assistant parlementaire

INVITÉ RTL - Le vice-président du Front national justifie la décision de Marine Le Pen de ne pas rembourser les 340.000 euros au Parlement européen.

Florian Philippot
Florian Philippot
Crédit : Johanna Guerra / RTLNET
Florian Philippot : "Je souhaite que François Fillon se retire de l'élection présidentielle"
10:55
Florian Philippot : "Je souhaite que François Fillon se retire de l'élection présidentielle"
01:14
Florian Philippot : "Je souhaite que François Fillon se retire de l'élection présidentielle"
10:59
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

Les affaires sont au cœur de cette campagne présidentielle. Si François Fillon est englué dans le "Penelope gate", qui accuse l'épouse du candidat de droite à la présidentielle d'avoir occupé un poste d'attachée parlementaire présumé fictif, Marine Le Pen, autre candidate à la présidentielle, est, elle aussi, épinglée. Bruxelles reproche à la députée européenne d'avoir eu recours à deux emplois présumés fictifs avec l'argent des contribuables européens. Les deux emplois d'attaché parlementaire en question ont été occupés par Catherine Griset pour 298.000 euros et Thierry Légier, garde du corps, pour 40.000 euros. "Pourquoi un garde du corps ne pourrait pas avoir à un moment des tâches d'assistance ? Ça n'a rien d’extraordinaire", s'étonne Florian Philippot, invité de RTL ce vendredi 3 février. Qui dénonce une "discrimination contre les gardes du corps".

Florian Philippot demande à François Fillon de "se retirer" de l'élection présidentielle. Hors de question pourtant pour Marine Le Pen de faire de même, même si elle était mise en examen, comme elle l'explique dans les colonnes du Monde. La présidente du Front national a refusé de rembourser 340.000 euros comme lui avait demandé un organisme de lutte antifraude, une partie de son salaire est donc ponctionnée. Une décision justifiée pour Florian Philippot. "Elle dénie totalement à ses adversaires politiques, en l’occurrence Martin Schulz, de dire ce qui est vrai et ce qui est faux. Il n'y a pas du tout de décision judiciaire, il n'y a pas de séparation des pouvoirs dans l'Union européenne", rétorque-t-il.

Le numéro deux du FN déplore "une persécution politique contre les souverainistes". "Hier, on apprend justement que le Ukip (parti pour l'indépendance du Royaume-Uni, ndlr) est concerné par la même affaire. C'est incroyable, c'est toujours des souverainistes, c'est incroyable, c'est toujours des patriotes, c'est toujours des gens qui défendent la souveraineté nationale au Parlement européen."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/