2 min de lecture Social

Pacte de responsabilité : la CFDT veut des avancées

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, va demander au gouvernement de revenir sur les baisses de charges accordées aux entreprises si les discussions avec le Medef n'avancent pas d'ici à la conférence sociale.

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, au rassemblement du 1er mai du syndicat.
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, au rassemblement du 1er mai du syndicat.
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger déclare au Journal du Dimanche qu'il demandera au gouvernement de revenir sur les baisses de charges accordées aux entreprises si les discussions avec le Medef sur les contreparties n'avancent pas d'ici à la conférence sociale.

"Si rien n'a bougé avant la conférence sociale de juillet (7 et 8 juillet), j'en tirerai les conclusions et je demanderai au gouvernement de revenir sur sa politique de soutien aux entreprises", prévient Berger, dans cette interview publiée à la veille de l'ouverture du 48e congrès de la CFDT à Marseille.

"Si rien n'a bougé..."

"Les négociations avec le patronat (sur les contreparties au pacte, comme l'emploi, la formation, etc) patinent, sauf dans la métallurgie. Je ne sais toujours pas aujourd'hui comment les entreprises utiliseront les 20 milliards d'euros du crédit d'impôt compétitivité emploi, ni les allègements de cotisations, et je n'ai pas confiance a priori", affirme le responsable syndical. Selon lui, le Medef dit vouloir attendre le contenu de la loi de finances rectificative de juin "avant d'avancer... Donc rien n'avance".

"Le patronat fait de la surenchère. Il explique semaine après semaine ce qu'il faut faire pour sauver l'économie et les emplois et quand on lui dégage des marges financières, il demande encore autre chose et se comporte en lobbyiste", ajoute-t-il. "Je suis engagé dans la négociation mais, pour négocier, il faut être deux".

À lire aussi
Des voyageurs à la gare de Lyon lors du premier jour de grève des cheminots le 3 avril 2018. social
Grève du 5 décembre : a-t-on le droit de ne pas aller au travail ?

Concernant le gel des seuils sociaux dans les entreprises, évoqué par le ministre du travail François Rebsmen, il juge que "donner le sentiment que le dialogue social dans l'entreprise empêcherait l'embauche, c'est inacceptable".

Le Medef bloque, selon Berge

"Une discussion est prévue de longue date avec les partenaires sociaux sur la modernisation du dialogue social. Commençons par nous entendre sur des objectifs. Ensuite il n'y aura pas de sujet tabou" mais "il est hors de question d'aborder ce sujet par le petit bout de la lorgnette".

Berger précise également dans cet entretien qu'il ne "pense pas" participer à la manifestation organisée par la CGT fin juin contre l'extrême droite: "Apporter des réponses à la montée de l'extrême droite, c'est d'abord répondre aux attentes des salariés au quotidien. Réfléchissons-y ensemble".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Social Société Laurent Berger
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants