1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Ouragan Irma : "Les choses ont été faites dans l'ordre", défend Agnès Buzyn sur RTL
2 min de lecture

Ouragan Irma : "Les choses ont été faites dans l'ordre", défend Agnès Buzyn sur RTL

INVITÉE RTL - "Nous avions prépositionné des équipes", assure la ministre des Solidarités et de la Santé face aux accusations de manque d'anticipation.

Agnès Buzyn était l'invité de RTL le 11 septembre 2017
Agnès Buzyn était l'invité de RTL le 11 septembre 2017
Crédit : Loïs Richard
Agnès Buzyn était l'invitée de RTL le 11 septembre 2017
11:36
Irma : pour Agnès Buzyn la polémique sur la réponse de l'État "c'est de la politique politicienne"
00:31
Ouragan Irma : le bilan s'élève à "11 ou 12 décès", annonce Agnès Buzyn sur RTL
00:34
Ouragan Irma : "Nous avions prépositionné des équipes", assure Agnès Buzyn sur RTL
11:40
Julien Absalon
Julien Absalon

Le chaos est devenu source de polémique. À Saint-Martin et Saint-Barthélemy, de nombreux sinistrés ne cachent plus leur colère contre le gouvernement. Comme plusieurs personnalités politiques, dont certains comme Éric Ciotti et Jean-Luc Mélenchon, réclament l'ouverture d'une enquête parlementaire, ils considèrent que les autorités n'ont pas suffisamment pris en amont la mesure du désastre. Un supposé manque d'anticipation que l'exécutif réfute. Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, assure au micro de RTL qu'il n'y a pas eu de défaillance majeure. "Je trouve qu'on refait l'histoire", s'agace-t-elle quatre jours après la catastrophe.

"Nous avions prépositionné des équipes avant l'ouragan", certifie-t-elle, précisant que le "centre de crise était ouvert dès lundi", soit trois jours avant le déluge. "Dès le mardi, des équipes sont venues de la Martinique", poursuit-elle, évoquant notamment "cinq urgentistes-chirurgiens capables d'augmenter les capacités des personnels de l'hôpital" ainsi que "120 pompiers et personnes de la sécurité civile". Ces renforts ont ainsi pu prendre en charge des blessés "dès les premières heures", affirme la ministre. 

Était-il néanmoins possible d'évacuer plus de monde avant le passage de l'ouragan ? Agnès Buzyn s'en remet à l'évolution rapide du phénomène : "Le week-end qui a précédé l'ouragan, il était encore classé en catégorie 3. Il est monté progressivement en catégorie 5. C'est une île lointaine : les transports ne permettent pas d'évacuer 80.000 personnes en 24 ou 48 heures".

Quant aux reproches sur la gestion des premières heures post-ouragan, la ministre justifie la méthode des secours. "La priorité des 24 premières heures a été de dégager les gens, soigner les gens et prendre en charge les personnes malades. Après l'accident, il n'y a eu aucun décès de personnes qui auraient été blessées. Les moyens ont été mis en oeuvre pour aller voir tous les bâtiments", explique Agnès Buzyn, souhaitant par ailleurs souligner le caractère inédit du désastre : "Personne n'a jamais vécu un ouragan de catégorie 5. L'ampleur des dégâts et à la hauteur des la puissance de cet ouragan".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/