2 min de lecture Nuit Debout

Nuit Debout : Christian Estrosi évoque à tort "24 millions d'euros de dégâts place de la République" causés par les militants

Le maire de Nice exagère beaucoup ces chiffres, comme celui des "400 policiers blessés" lors des heurts pendant les manifestations.

Christian Estrosi (LR), maire de Nice, s'oppose à l'ouverture d'une nouvelle mosquée dans sa ville.
Christian Estrosi (LR), maire de Nice, s'oppose à l'ouverture d'une nouvelle mosquée dans sa ville. Crédit : VALERY HACHE / AFP
Michael Ducousso Journaliste

On n'est pas près de voir Christian Estrosi débattre lors des Nuits Debout. Après avoir approuvé les propos de Nicolas Sarkozy sur ces militants qui n'auraient, selon lui, "rien dans le cerveaux" - "une image que je suis prêt à m'approprier" - le maire de Nice a estimé qu'il fallait les déloger de la place de la République où ils auraient provoqué 24 millions de d'euros de dégâts.

"Le droit de manifester est une liberté fondamentale et le droit de casser est interdit", a rappelé Christian Estrosi au micro de France Info, avant de lâcher, profondément choqué : "24 millions d'euros de dégâts place de la République (...) 400 policiers blessés (...) Quel est le Français qui peut admettre cela ?" 
Des chiffres impressionnants mais faux. Comme le rapporte le JDD, les 24 millions d'euros dont parle l'élu Les Républicains sont en fait le montant total des travaux effectués entre 2012 et 2013 pour réaménager la place parisienne. Si elle dénonce les agissements des casseurs, la mairie de Paris n'a pas encore porté plainte pour les dégâts provoqués.

230 policiers blessés et pas 400

Dans ses prises de parole, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve a pour le moment avancé un total de 230 policiers blessés pour l'instant. Un chiffre - élevé - plus faible que les 400 annoncés par Christian Estrosi. Le 15 avril, il a ainsi déclaré : "151 policiers ont été blessés depuis le début de ces manifestations". Puis il a fait état de 78 autres policiers blessés, le 28 avril dernier et d'un, le 1er mai.

Le maire de Nice, qui considère qu'il devrait être "interdit de manifester" en période d'état d'urgence, ne communique aucun chiffre sur le nombre de manifestants blessés. Il réaffirme par ailleurs son soutien aux forces de l'ordre : "Les policiers ont le devoir de protéger les Français et protéger les Français, c'est aussi empêcher un certain nombre de débordements."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nuit Debout Christian Estrosi Dégâts
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants