1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Nicolas Dupont-Aignan dénonce "une russophobie ahurissante en France"
2 min de lecture

Nicolas Dupont-Aignan dénonce "une russophobie ahurissante en France"

Le président de Debout la France a évoqué ce vendredi l'action "lamentable" de François Hollande en Syrie et la "russophobie" en France.

Nicolas Dupont-Aignan le 15 juin 2015.
Nicolas Dupont-Aignan le 15 juin 2015.
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Maxime Magnier & AFP

À l'heure d'aborder le conflit syrien, ce vendredi 16 décembre, Nicolas Dupont-Aignan n'a pas mâché ses mots. Le candidat à l'élection présidentielle a dénoncé sur ITÉLÉ une "russophobie ahurissante en France", estimant que François Hollande avait été "lamentable" sur ce dossier.

"Il y a une russophobie ahurissante en France. Je ne suis pas un soutien de Poutine, je demande juste que la France ait une politique indépendante des États-Unis", a-t-il déclaré avant de préciser le fond de sa pensée : "Si la France n’avait pas armé les rebelles, les armes ne se seraient pas retrouvées à l’État islamique. Si la France n’avait pas cautionné l’armée syrienne libre, soi-disant libre, on n’en serait pas là".

En outre, selon le président de Debout la France, pour sortir de la situation dans laquelle se trouve la Syrie, "il faut que la France joue son rôle". "On a une responsabilité étonnante et il faut le reconnaître, dans cette affaire, François Hollande a été lamentable du début à la fin", a-t-il encore affirmé.

On a laissé le champ libre à Poutine

Nicolas Dupont-Aignan, candidat à l'élection présidentielle

"Pourquoi personne n’arrive à freiner Assad et Poutine ? Parce qu’on a soutenu des gens infréquentables, qui sont des assassins et des jihadistes, et qui ont été nous massacrer en France. Et donc on voit bien qu’on a laissé le champ libre à Poutine. Alors au lieu d’attaquer Poutine en disant 'le méchant', on devrait se poser la question de savoir pourquoi on lui a laissé le champ libre et pourquoi aujourd’hui c’est un champ de ruines avec des drames humanitaires", a également estimé Nicolas Dupont-Aignan.

À lire aussi

Enfin, le député de l'Essonne a également affirmé que Bachar al-Assad devrait "bien évidemment" se trouver à la table des négociations sur le conflit syrien. "Il est le chef d’État de la Syrie. Et c’est pas lui qui a massacré des Français, c’est pas lui qui a massacré des chrétiens d’Orient. Et donc il est à la table, comme on va mettre à la table l’Arabie saoudite (...). Dans la vie politique internationale, qu’on le veuille ou non, on négocie avec ceux qui sont là", a-t-il dit.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.