1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Myriam El Khomri : "Nicolas Sarkozy participe à une primaire de l'extrême droite"
1 min de lecture

Myriam El Khomri : "Nicolas Sarkozy participe à une primaire de l'extrême droite"

INVITÉE RTL - La ministre du Travail "ne souhaite absolument pas" le retour de Nicolas Sarkozy à la tête de la France.

Myriam El Khomri, invitée de RTL, le 16 septembre 2016
Myriam El Khomri, invitée de RTL, le 16 septembre 2016
Crédit : Cécile de Sèze / RTL.fr
Nicolas Sarkozy sur France 2 : "J'ai eu le sentiment qu'il participait à une primaire de l'extrême droite", lance Myriam El Khomri
00:54
Loi Travail : "J'aurais souhaité un débat à l'Assemblée nationale et au Sénat", déclare Myriam El Khomri
11:30
Marie-Pierre Haddad

Nicolas Sarkozy était le premier invité de L'Émission politique diffusée sur France 2. Le candidat à la primaire de la droite a assuré avoir "évolué" sur la question du mariage pour tous. Il ne souhaite plus abroger la loi Taubira. "C'est un sujet tellement personnel, c'est vrai. J'ai réfléchi, j'ai évolué, j'ai hésité (...) Je suis un homme qui a des convictions, ces convictions sont assises sur 40 ans de vie politique (...) C'est un sujet très difficile, très privé, jamais je n'aurais pu imaginer qu'on parle autant de la vie sexuelle dans le débat politique". 

Invitée à l'antenne de RTL, Myriam El Khomri estime que rien n'est perdu pour la gauche pour l'élection présidentielle. "Quand je vois la primaire de la droite, je n'ai pas l'impression que la machine à gagner soit lancée. Une élection n'est jamais perdue d'avance, et il faut se battre". La ministre du Travail assure qu'elle se battra "jusqu'au bout" pour ses valeurs

La ministre ajoute : "Je me refuse d'avoir un choix entre le projet d'une France rabougrie portée par la droite et une France d'extrême droite". Quant à l'hypothèse du retour de Nicolas Sarkozy au poste de président de la République, elle assure qu'elle ne souhaite "absolument pas" voir le candidat à la primaire de la droite prendre la tête de la France. "L'agressivité, la vision de la France, les coupables désignés comme les musulmans, les chômeurs, les fonctionnaires, les syndicalistes... Voilà la réalité de ce qu'il présente aux Français. J'ai eu le sentiment qu'il participait à une primaire de l'extrême droite. C'est une vision de la France qui divise", assure-t-elle. 

Myriam El Khomri demande : "Où est l'humanisme ? Où est la générosité qui font l'identité de notre pays. Il y a la liberté, l'égalité et la fraternité et je crois que la fraternité, c'est ce qui permet l'égalité et la liberté". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/