1 min de lecture Politique

Motions de censure : "L'épilogue d'une mauvaise pièce de théâtre" pour Le Gendre

INVITÉ RTL - Le vice-président du groupe La République en Marche à l'Assemblée nationale juge que l'opposition a souhaité transformer "la faute d'un homme en crise politique".

RTL Soir On Refait le monde - Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Motions de censure : "L'épilogue d'une mauvaise pièce de théâtre" pour Gilles Le Gendre Crédit Image : JOEL SAGET / AFP | Crédit Média : Vincent Parizot | Durée : | Date : La page de l'émission
245-PARIZOT
Vincent Parizot Journaliste RTL

Richard Ferrand, président du groupe La République En Marche à l'Assemblée nationale, a parlé ce mardi 31 juillet de "manipulation grotesque" pour qualifier les deux motions de censure contre le gouvernement.

Pour lui elles vont "rejoindre les archives de l'Assemblée". Pour Gilles Le Gendre, député de Paris, vice-président du groupe La République En Marche à l'Assemblée nationale, "les oppositions ont parfaitement le droit de déposer des motions de censure, ensuite nous nous avons le droit d'en critiquer l'objet". 

Pour le député de Paris, ces motions de censure "sont l'épilogue d'une mauvaise pièce de théâtre que l'opposition a essayé de monter en toute hâte et dans l'improvisation pour transformer un fait-divers banal mais grave, la faute d'un homme, pour essayer de la transformer en crise politique". Il estime que le but est de stopper l'élan que le gouvernement a souhaité donner dans ce pays pour le transformer et le moderniser. 

Gilles Le Gendre assure que "l'affaire Benalla" est "un dysfonctionnement à l'Élysée qui a été pointé dès le début et qui a été sanctionné" et en aucun cas une dérive personnelle du chef de l'État. Il juge que "depuis le début nous assistons à une tentative de confusion, d'exagération, d'amplification" de l'opposition.

À lire aussi
Agnès Langevine, arrivée en troisième position du premier tour de l'élection municipale de Perpignan se retire du second tour Rassemblement National
Municipales à Perpignan : la candidate écologiste se retire pour faire barrage au RN

"Nous-mêmes n'avons jamais sous-estimé la gravité de la faute d'Alexandre Benalla et nous avons même approuvé le fait qu'elle ait été sanctionnée", conclut le député de Paris qui "reconnaît que, peut-être, des dysfonctionnements à l'Élysée avaient permis la réalisation de cette faute".  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique La République En Marche Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants