1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Matignon aurait dépensé des milliers d'euros pour sonder l'image de Valls
2 min de lecture

Matignon aurait dépensé des milliers d'euros pour sonder l'image de Valls

L'équipe de l'émission "Envoyé spécial" aurait eu accès à des enquêtes commandées par le Service d'information du gouvernement, qui auraient coûté plusieurs dizaines de milliers d'euros entre 2014 et 2016.

Manuel Valls, le 27 janvier 2017 à Neuves-Maisons
Manuel Valls, le 27 janvier 2017 à Neuves-Maisons
Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP
Léa Stassinet

L'affaire des sondages de l'Élysée avait avait fait grand bruit à l'époque. Nicolas Sarkozy avait en effet commandé pour environ 7,5 millions d'euros de sondages durant son mandat. Un comportement épinglé par la Cour des comptes en 2009, qui avait donné lieu à l'ouverture d'une enquête judiciaire. À son arrivée au pouvoir en 2012, François Hollande a mis un terme à ces pratiques, estimant qu'il "n'y avait pas du budget pour cela". Mais la consigne n'aurait pas été suivie du côté de Matignon. 

D'après un reportage diffusé dans l'émission Envoyé spécial, le service d'information du gouvernement (SIG) a dépensé plusieurs dizaines de milliers d'euros pour mesurer l'image de Manuel Valls, alors Premier ministre entre 2014 et 2016. Le magazine a notamment eu accès à une enquête Ipsos commandée par le SIG à peine trois mois après sa nomination à Matignon. 

Dans ce document de 111 pages qui se concentre sur la perception des Français vis-à-vis de Manuel Valls, les sondés sont notamment appelés à se prononcer sur une photo de l'ancien Premier ministre. L'institut leur demande par exemple de le comparer à un animal, ce à quoi les personnes interrogées ont cité le lion, l'aigle royal ou encore la hyène et le chacal. "Le sondeur analyse l'apparence du Premier ministre de l'époque à partir de photos. Et tout y passe : ses mimiques, sa gestuelle, son style vestimentaire et même sa coupe de cheveux", indique Envoyé spécial

Une étude à 53.520 euros

On lit également dans le document que d'après la photo choisie, "sa coiffure lisse et sa frange crantée auraient une connotation frondeuse. Et ses oreilles dissymétriques, avec la droite décollée, seraient le signe de son côté bagarreur", poursuit le magazine d'investigation. Cette étude aurait coûté la bagatelle de 53.520 euros. Et ce serait loin d'être la seule commandée par le SIG. "En 2016, 43% des sondages du Service d'information du gouvernement que nous avons obtenu sont consacrés à l'image et la popularité du Premier ministre", révèle l'équipe du magazine de France 2. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/