1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Marine Le Pen et les médias, pourquoi tant de haine
4 min de lecture

Marine Le Pen et les médias, pourquoi tant de haine

Adeline François revient dans sa revue de presse sur les relations conflictuelles entre les médias et la candidate du FN.

Marine Le Pen
Marine Le Pen
Crédit : Frédéric Bukajlo pour Sipa et RTL
Marine Le Pen et les médias, pourquoi tant de haine
05:16
Marine Le Pen et les médias, pourquoi tant de haine
05:19
Adeline François

La semaine dernière en recevant ici même Emmanuel Macron, on se demandait à son propos pourquoi tant de unes. Ce matin, une autre question s'impose quand il s'agit de parler des rapports de la presse avec vous et de vos rapports avec la presse. Pourquoi tant de haine ? Soyons clairs, Marine Le Pen, vous n'aimez pas la presse, vous dénoncez les médias "bobo gauchos" passés aux mains de grands patrons, Le Monde, L'Obs, BFM que vous accusez de faire outrageusement campagne pour Macron. Et en meeting, vous vous félicitez que le peuple se soit tourné vers Internet pour s'informer. Parce que, aviez-vous dit, Internet c'est là que tout se sait, là que tout se dit sans censure et sans contrôle. Est-ce de cette information- là que vous voulez ?

Le week-end dernier, le journal britannique The Guardian a publié une enquête très fouillée sur la campagne numérique de Donald Trump. Deux chercheurs d'Oxford racontent comment ont été créés pendant la campagne américaine des milliers de sites Internet montés uniquement pour fournir juste quelques liens vers des articles pro-Trump. Ce qui inquiète particulièrement les chercheurs, ce sont les centaines de milliers de robots dormants qu’ils ont découverts, par exemple des comptes Twitter près à être mobilisés pour faire monter un sujet ou une fausse information. Des techniques inventées en Russie et qui s’exportent partout, y compris en France. Si c’est cela l’Internet vers lequel il est légitime que le peuple se tourne,  il y a de quoi s’inquiéter. Et du grain à moudre. Pour preuve les sites de désintox qui pullulent depuis le début de la campagne.

Des démissions en série au FN

Le Monde qui fait aujourd’hui sa une avec Marine Le Pen. Parce que quand même il y a des unes du Monde qui doivent vous faire plaisir, et celle-ci en est sûrement une : "Un Français sur trois en accord avec les idées du FN et prêt à voter le Pen". Diantre ! À la lecture de cette une, il y a comme une impression de déjà-vu. Libération du 9 janvier 2012 vous met en une avec Jean-Marie Le Pen et ce titre : "30% n'excluraient pas de voter Le Pen". Et en sous-titre : "Pourquoi les idées du FN s'installent". Retour vers le futur. Bon, sauf que sur cette une de Libé, il y a aussi un titre dans la colonne de droite qui nous rappelle qu'on était bien en 2012, "Morano démission"...

Les idées du FN s'installent et les affaires n'altèrent pas votre image, dit aussi l'enquête de 2017. Ça n'imprime pas disent tous les experts interrogés dans les médias ces derniers jours. Et l'on en revient à la solidité de votre socle électoral. Un socle qui par endroit se fissure pourtant. Le magazine Society en fait la une de son dernier numéro : "Le FN on l'aime ou on le quitte". En deux ans, 28% des élus municipaux du FN ont déchiré leur carte du parti ou renoncé à leur mandat. Ils racontent ce qui les a dégoûtés: clientélisme, magouilles, mépris des électeurs, centralisation à outrance, amateurisme. "On est devenu pire que le RPR", dit l'un d'eux...

Une victoire pour les femmes ?

À lire aussi

La presse analyse aussi les meetings de Marine Le Pen. Dans le dernier Parisien Magazine, des sémiologues se sont penchés sur la rhétorique de vos meetings. Des cinq principaux candidats, vous êtes celle qui verse le plus dans l’imaginaire, le storytelling, l’art de raconter, "avec une voix puissante, ni féminine ni masculine." Ni féminine ni masculine, c'est peut-être là votre contribution à l'égalité homme femme, vous avez fait de la femme politique un homme politique comme les autres. C'est ce que dit ce matin le Huffington Post qui se pose cette question en cette journée des droits de la femme : "une élection de Marine Le Pen serait-elle une victoire pour les femmes ?" "Il y a en tout cas, dit le site, une victoire du féminisme dans le simple fait qu'une candidate ne soit pas attaquée en tant que femme mais en tant qu'adversaire politique."

Sauf que cette fois vous jouez de cette image de femme. Valeurs Actuelles, qui vous a mise en une cette semaine, notent votre nouvelle féminité revendiquée, vous assumez d’en faire un "atout" dans votre conquête du pouvoir. "Je suis une femme : il est beaucoup plus difficile de nous faire quitter les pieds du sol", dites-vous au magazine.

Une passion pour Dalida

En parlant de pied, le magazine Polka a demandé à un chorégraphe de regarder vos meetings en coupant le son, il a vu une inquiétude corporelle puis un crescendo, il a vu en vous une danseuse folklorique. Ce qu'il n'a pas vu, c'est ce qu'il s'est passé après le meeting, quand vous avez regagné votre loge, coulisses que raconte aussi le magazine Polka. Vous improvisez un discours de remerciement pour votre équipe et soudain vous vous arrêtez, pour chanter Dalida : "Moi je veux mourir sur scène." Cela dit, on ne découvre pas aujourd’hui votre passion pour Dalida. Souvenez-vous, c'était en 2012, vous étiez interrogé sur Nicolas Sarkozy.
Alors c'est vrai, c'est la journée des droits de la femme, ce 8 mars, et le monde entier regarde la France parce que le FN est aux portes du pouvoir, parce que le plafond de verre aurait sauté, parce que le Brexit, parce que les États-Unis. Mais à chaque fois que vous faites référence à Donald Trump, vous rappelez sans le vouloir qu'il y a ce plafond de verre dont parle toute la presse en ce matin du 8 mars, vous nous rappelez sans le vouloir qu'un pays comme l'Amérique a préféré élire plutôt qu'une femme, un homme qui se vante de les attraper par la chatte. Encore des mots, toujours des mots.

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/