1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Emplois présumés fictifs du FN : la mise en examen de Marine Le Pen aggravée

Emplois présumés fictifs du FN : la mise en examen de Marine Le Pen aggravée

La présidente du Rassemblement national est actuellement entendue par la Justice dans le cadre de l'enquête sur les emplois présumés fictifs de son parti au Parlement européen.

Marine Le Pen lors de son discours de rentrée à Fréjus
Marine Le Pen lors de son discours de rentrée à Fréjus
Crédit : YANN COATSALIOU / AFP
Raphaël Bosse-Platière
Journaliste

Le Rassemblement national a-t-il détourné des fonds européens "à son profit" pour financer des emplois de permanents au parti ? C'est le cadre de l'enquête dans laquelle les juges Claire Thépaut et Renaud Van Ruymbeke soupçonnent le parti d'avoir mis en place "de manière concertée et délibérée" un "système de détournement" de fonds européens. 

Arrivée dans la matinée de vendredi 12 octobre au tribunal, Marine Le Pen était réentendue par les juges d'instruction qui l'ont mise en examen en juin 2017. Les magistrats ont aggravé la mise en examen de la présidente du Rassemblement national, requalifiée pour "détournements de fonds publics", a appris l'AFP auprès de son entourage. 

La présidente du Front national - devenu Rassemblement national - avait refusé de répondre aux questions des magistrats lors de ses premières convocations, se contentant d'une déclaration. Un comportement qu'elle a réitéré ce vendredi, arguant qu'elle attendait une décision sur un recours devant la cour de cassation. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/