1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Manuel Valls : la croissance "devrait finir à 1,5%" en 2015
2 min de lecture

Manuel Valls : la croissance "devrait finir à 1,5%" en 2015

Malgré les mauvais chiffres dévoilés ce vendredi par l'Insee, le gouvernement s'affiche résolument optimiste.

Manuel Valls à Vauvert dans le Gard le 11 août 2015.
Manuel Valls à Vauvert dans le Gard le 11 août 2015.
Crédit : PASCAL GUYOT / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Manuel Valls se montre encore plus confiant que Michel Sapin, bien que la croissance soit en berne au deuxième trimestre 2015. Comme le ministre des Finances, le chef du gouvernement maintient le cap : la France arrivera bien à 1% de croissance à la fin de l'année, voire plus. 

"Je retiens que la croissance sur l'ensemble du premier semestre 2015 (...) est de + 0,7%. Nous devrions en réalité (...) dépasser ce chiffre (de 1%) et finir 2015 sur un rythme annuel de 1,5%", assure le Premier ministre. "C'est sans doute à ce niveau-là que l'on peut faire baisser le chômage". Manuel Valls, qui a une nouvelle fois interrompu ses vacances pour commenter ces chiffres, se montre confiant. "Je vois plusieurs signaux positifs et intéressants : le dynamisme des exportations avec + 3% sur le premier semestre en cumulé, l'investissement des entreprises qui repart. (...) C'est le signe d'entreprises plus compétitives qui regardent l'avenir avec confiance et qui investissent", souligne-t-il. 

"Maintenir le cap"

Le chef du gouvernement se félicite de "l'impact du pacte de responsabilité et de solidarité, l'impact du CICE, bref de la baisse des charges et des impôts pour les entreprises", qui ont joué un rôle "dans cette reprise des investissements". Enfin, "l'emploi a progressé à nouveau au deuxième trimestre de 27.000 personnes, et ce bon chiffre, encourageant, confirme la dynamique de ces derniers trimestres", selon Manuel Valls. 

"Ces chiffres nous encouragent à maintenir le cap et à poursuivre nos efforts pour amplifier la reprise de la croissance et créer davantage d'emplois". "Ce sera le sens de la deuxième loi que prépare Emmanuel Macron (...), et c'est le sens des réformes qui doivent aussi concerner le marché du travail", annonce-t-il. Lors de ce déplacement dans une entreprise à Avignon, le Premier ministre a par ailleurs appelé à une baisse d'impôts pour les ménages, "non pas dans un an mais tout de suite"

À lire aussi

Seul point noir au tableau : les chiffre de production dans la construction, qui "restent médiocres", même si les chiffres sur les permis de construire sont "très bons". Le rythme de la croissance "je n'en doute pas un seul instant, s’amplifiera au cours de l'année 2016", a enfin assuré le Premier ministre. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/