1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Déchéance de nationalité : Manuel Valls annonce que "1.000 individus ont rejoint depuis la France les groupes jihadistes" à l'étranger
2 min de lecture

Déchéance de nationalité : Manuel Valls annonce que "1.000 individus ont rejoint depuis la France les groupes jihadistes" à l'étranger

Le Premier ministre a également confirmé ce mercredi 23 décembre le maintien de la déchéance de la nationalité dans la révision de la Constitution.

Manuel Valls à l'Assemblée nationale, le 25 novembre
Manuel Valls à l'Assemblée nationale, le 25 novembre
Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
VIDÉO - "Le seuil des 1.000 individus ayant rejoint les groupes jihadistes a été franchi", déclare Manuel Valls
00:26
Ce que les annonces de Manuel Valls pourraient changer
01:45
Manuel Valls : "La déchéance de nationalité est maintenue dans le projet de révision de la Constitution"
27:28
Claire Gaveau & AFP

Le Premier ministre a annoncé lors d'une conférence de presse ce mercredi 23 décembre que "le seuil des 1.000 individus ayant rejoint depuis la France les groupes jihadistes en Syrie ou en Irak vient d’être franchi". "Environ 600 d'entre eux y sont toujours et on estime à 148 le nombre d'individus ayant trouvé la mort. 250 sont revenus sur notre sol", a précisé Manuel Valls à l'issue du Conseil des ministres.
"Des individus radicalisés en provenance de nombreux continents rejoignent Daesh. Beaucoup d'entre eux viennent de nombreux pays d'Europe, pas seulement de France ou de Belgique. Il y a aussi de nombreux francophones et on sait que les combattants se regroupent souvent en fonction de leur langue, pour se former et préparer des actions terroristes sur notre sol", a poursuivi Manuel Valls. Avant d'ajouter : "Le devoir de vérité, c'est de répéter que la menace n'a jamais été aussi élevée. Le devoir de vérité, c'est de dire que nous devons faire face à une guerre, une guerre contre le terrorisme, contre le jihadisme, contre l'islamisme radical". 

6 déchéances de nationalité pour des terroristes nationalisés

En parallèle, le Premier ministre a confirmé le maintien de la déchéance de la nationalité dans la révision de la Constitution. Cette mesure vise à déchoir tous les binationaux condamnés définitivement pour terrorisme alors que Bernard Cazeneuve a annoncé que six personnes, nées à l'étranger, avait été déchues de leur nationalité française.

Le chef du gouvernement a affirmé que l'exécutif allait par ailleurs suivre "point par point les remarques faites par le Conseil d'État alors que de nombreuses mesures ont été annoncés lors de ce point presse. Surtout que ce dernier admet la possibilité de mesures de restrictions en dehors de l'état d'urgence. Parmi elles ? La question du bracelet électronique, des mesures contre le crime organisé et son financement, l'extension de la protection des témoins, la lutte contre le blanchiment d'argent ou encore la simplification de la procédure pénale. 

En revanche, Manuel Valls a annoncé la décision du gouvernement de ne pas retenir, dans son projet de révision constitutionnelle, le dispositif de sortie progressive de l'état d'urgence initialement prévu. "Conformément à l’avis du Conseil d’État que le gouvernement a décidé de suivre, les mesures administratives décidées au titre de l'état d’urgence s’interrompront toutes, en même temps que l’État d’urgence prendra fin", a-t-il déclaré. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/