3 min de lecture Fiscalité

Mais au fait, qu'est-ce que "la cagnotte fiscale" dont parle Bruno Le Maire ?

ÉCLAIRAGE - Invité ce mercredi à l'antenne de RTL, Bruno Le Maire a assuré qu'"il n'y avait pas de cagnotte" et que la priorité était d'"assainir les finances publiques, réduire la dette et ensuite seulement redistribuer".

Le Ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, quitte le Palais de l'Élysée après une réunion de cabinet le 14 septembre 2017.
Le Ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, quitte le Palais de l'Élysée après une réunion de cabinet le 14 septembre 2017. Crédit : Ludovic MARIN / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Où va aller la "cagnotte fiscale" ? Depuis plusieurs jours, le gouvernement assure qu'il n'y aura pas de redistribution à destination des ménages. Invité à l'antenne de RTL, ce mercredi 14 mars, Bruno Le Maire a insisté sur le souhait du gouvernement : "Il y a une meilleure recette fiscale car il y a une meilleure croissance (...) Mais je suis le comptable de la bonne gestion de l'argent des Français. Il n'y a pas de cagnotte".

Mais que signifie le terme de "cagnotte fiscale". Selon Mathieu Plane, économiste à l'OFCE contacté par RTL.fr, "il n'existe pas de définition scientifique de la cagnotte fiscale. Mais pour comprendre, il faut se remémorer les prévisions du gouvernement. Il avait estimé qu'en 2017, le déficit représenterait 2,9% du PIB. Or, il est de 2,7%, d'après les dernières informations. La cagnotte fiscale correspond donc à cet écart de 0,2%. C'est lié au fait que la conjoncture économique est meilleure que prévu". 

Priorité au désendettement

L'économiste ajoute : "Comme cette amélioration est plus forte, la question se pose de savoir ce que le gouvernement veut faire de cette somme : redistribuer aux ménages ou donner la priorité au désendettement ?". Le gouvernement a donc opté pour la seconde option.

À lire aussi
Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan, en octobre 2017 industrie
Nissan : Carlos Ghosn, soupçonné de malversations, a été arrêté à Tokyo

Comment est-on arrivé à cette cagnotte ? Selon François Lenglet, éditorialiste RTL, "on parle de 5 milliards d'euros environ sur 2017, et probablement au moins autant sur 2018. C'est donc une certaine somme".

"La reprise française s'avère plus solide que prévu. Au niveau européen aussi, elle est plus dynamique. L'intérêt de cette cagnotte pour le gouvernement, c'est qu'ils vont réduire plus vite les déficits publics et cela devrait leur permettre d'avoir plus de marges de manœuvre. Dans le cas où ils auraient choisi de la redistribuer aux ménages, cela aurait pu se traduire par des mesures concernant les impôts, la CSG pour les retraités ou encore le gel du point d'indice pour les fonctionnaires", indique Mathieu Plane. 

Une redistribution pourtant annoncée lors de la campagne présidentielle

Ainsi, "la majorité, enfin coordonnée, a appliqué ce que Nicolas Sarkozy avait appelé le "carpet bombing" médiatique, en référence aux B52 américains qui, au Vietnam, tapissaient de bombes le champ de bataille avant que les forces terrestres n'interviennent. Ça n'a pas empêché l'Oncle Sam de se faire rétamer par le Viêt-cong, ni (sur un autre terrain) Nicolas Sarkozy de se faire enfoncer par François Hollande !", explique Nicolas Domenach au micro de RTL, avant d'ajouter qu'"Emmanuel Macron avait tenu d'autres propos. Entre les deux tours du scrutin, face à Marine Le Pen, le candidat Macron avait annoncé : 'Si la croissance est supérieure, il y aura redistribution'".

Mathieu Plane souligne "la tentation de la redistribution". "Cela peut s'avérer délicat car c'est tout un processus entre la prise de décision de redistribuer l'argent aux ménages et la mise en application. Ce délai est long et peut tomber au mauvais moment pour l'économie".

Un débat au sein de La République En Marche

Ce débat autour de la "cagnotte fiscale" n'a rien de nouveau. Selon François Lenglet, ce débat, "c'est comme les hirondelles : ça revient à chaque printemps économique. Dès que la conjoncture s'améliore, les recettes fiscales sont plus élevées que prévu, puisque les impôts rentrent mieux, grâce aux bénéfices des entreprises qui gonflent et à la consommation qui augmente". 

Cet arbitrage politique avait déjà eu lieu "à la fin des années 1990, lorsque Lionel Jospin était premier ministre. À l'époque, la cagnotte de 50 milliards de francs (c'est-à-dire un peu moins de 10 milliards d'euros) avait déchaîné les passions. C'était Dominique Strauss-Kahn qui était le ministre des Finances", ajoute l'éditorialiste.

Chez les députés de La République En Marche, Joël Giraud pose la question d'une redistribution aux Français, dans un entretien aux Échos. Il propose notamment d'utiliser 20% du surplus et d'affecter les 80% aux finances publiques. "Un geste de rééquilibrage politique, selon François Lenglet. En faveur de qui ? Jusqu'ici, la baisse des impôts a profité davantage aux contribuables fortunés qu'aux autres. La réforme du marché du travail profite, jusqu'ici, davantage aux entreprises qu'aux salariés. Il y a donc une disproportion dans les efforts demandés aux uns et autres".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Fiscalité Bruno Le Maire Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792625401
Mais au fait, qu'est-ce que "la cagnotte fiscale" dont parle Bruno Le Maire ?
Mais au fait, qu'est-ce que "la cagnotte fiscale" dont parle Bruno Le Maire ?
ÉCLAIRAGE - Invité ce mercredi à l'antenne de RTL, Bruno Le Maire a assuré qu'"il n'y avait pas de cagnotte" et que la priorité était d'"assainir les finances publiques, réduire la dette et ensuite seulement redistribuer".
https://www.rtl.fr/actu/politique/mais-au-fait-qu-est-ce-que-la-cagnotte-fiscale-dont-parle-bruno-le-maire-7792625401
2018-03-14 17:27:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/nvSEcGRF12UcrSjsBVJL2Q/330v220-2/online/image/2017/0915/7790106890_le-ministre-de-l-economie-et-des-finances-bruno-le-maire-quitte-le-palais-de-l-elysee-apres-une-reunion-de-cabinet-le-14-septembre-2017.jpg