3 min de lecture Diplomatie

Macron en Afrique : ce que l'on peut attendre de cette première tournée

ÉCLAIRAGE - Le président français débutera le 28 novembre sa première tournée africaine, qui passera par le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire et le Ghana.

Emmanuel Macron accompagne le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki, à l'Elysée le 23 novembre 2017 à Paris.
Emmanuel Macron accompagne le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki, à l'Elysée le 23 novembre 2017 à Paris. Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
Sarah Belien
Sarah Belien
Journaliste RTL

Emmanuel Macron s'envole pour l'Afrique de l'Ouest. Du 28 au 30 novembre, le président de la République tentera de définir sa politique avec les pays d'Afrique et d'exposer sa vision des relations franco-africaines à travers l'entrepreneuriat, la jeunesse et l'éducation.


"La France a moins d'influence, l'Afrique s'est mondialisée. Et dans les pays francophones d'Afrique de l'Ouest, le sentiment est que la France est connectée aux dirigeants mais pas à la jeunesse ni à la société civileEmmanuel Macron veut mettre en place une diplomatie économique", expose Alain Antil, spécialiste de l'Afrique à l'Institut français des relations internationales (IFRI). 


La première visite du chef de l'État sera à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, avant de se rendre ensuite en Côte d'Ivoire et au Ghana. "Emmanuel Macron a compris qu'il faut s'adresser autant aux Africains qu'aux diasporas africaines. Ce sont elles qui font naître un sentiment antifrançais", souligne le spécialiste Antoine Glaser. "Il veut mettre davantage les chefs d'État africains en face de leurs responsabilités, pour qu'ils prennent en main leur sécurité, et recentrer sa politique sur le Sahel", ajoute-t-il.

À lire aussi
Des manifestants réclament que la lumière soit faite sur la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, lundi 22 octobre à Washington. États-Unis
Meurtre de Khashoggi : Washington dit n'avoir abouti à aucune "conclusion définitive"

Redorer l'image de la France au Burkina Faso

Le président se rendra dans l'université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou afin d'y prononcer un discours qui donnera le ton de ses trois jours sur le continent africain. Puis, Emmanuel Macron s'adressera aux jeunes du pays lors d'une session de questions-réponses avec quelque 800 étudiants. 

Confronté à une jeunesse africaine de plus en plus hostile à la présence française sur le continent, le Président devra convaincre sur fond de menace terroriste persistante au Sahel et de flux migratoire croissant que l'Europe veut endiguer.

"Ce public n'a pas forcément une bonne image de la France", reconnaît l'Elysée, surtout depuis la chute de Blaise Compaoré, chassé par la rue en 2014 et exfiltré par la France vers la Côte d'Ivoire. Le Burkina réclame également à Paris l'extradition du frère de l'ex-président François Compaoré, objet d'un mandat d'arrêt international pour l'assassinat d'un journaliste en 1998. 

Également, à l'occasion du passage de Macron dans le pays, plusieurs organisations ont appelé à manifester pour dénoncer le "pillage" des ressources naturelles par les grandes entreprises françaises, la présence militaire de Paris et le maintien du franc CFA, "monnaie coloniale", selon elles. L'Élysée a promis que les réponses qui seront données à cette occasion "seront sans filtres".

Présence au somment Europe-Afrique, à Abidjan

Mercredi 29 novembre, Emmanuel Macron se rendra dans la capitale de la Côte d'Ivoire, Abidjan, pour assister au sommet Europe-Afrique. Selon l'Élysée, cette présence aura pour but de "replacer la relation France-Afrique dans le cadre de son projet de refondation de l'Europe".

Et parmi ses principales priorités, le chef de l'État français souhaite obtenir le soutien financier des Européens pour la force antiterroriste des pays du G5 Sahel, une organisation qui regroupe la Mali, la Mauritanie, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad, et coordonner la lutte contre les passeurs. Ce soutien financier devrait notamment comprendre la Libye, dans la lutte contre les ventes aux enchères d'esclave que le président français a qualifié mercredi 22 novembre de "crimes contre l'humanité".

Le G5 Sahel sera doté d'un effectif de 5.000 hommes pour un budget estimé à hauteur de 430 millions d'euros. L'Union européenne a promis 50 millions d'euros, et la France apporte 8 millions d’euros en équipement. Alors que les États-Unis et l'UE veulent ramener ce budget à 250 millions d'euros, la France se trouvera dans un vrai bras de fer. Une occasion de montrer son influence, qu'elle ne veut garder auprès des pays francophones.

Aussi, Emmanuel Macron profitera de ce passage pour poser la première pierre du métro d'Abidjan, projet majeur pour lequel Paris a accordé un prêt record d'1,4 milliard d'euros.

Une "approche continentale" au Ghana

La République du Ghana sera le dernier pays qui recevra le président français. Pays anglophone et démocratique, cette visite est pour Emmanuel Macron un moyen de montrer une "approche continentale de l'Afrique" au-delà des anciennes colonies françaises et une vision plus offensive de la francophonie, selon l'Élysée.


Cette visite est d'ailleurs une première pour un chef d’État français. "Le choix du Ghana illustre notre approche continentale et notre ambition de nouer des liens avec l’Afrique anglophone", a fait savoir l’Élysée. Par cette visite, le Chef de l'État pourrait donc espérer reconquérir des parts de marché sur le continent africain. Pays démocratique, Emmanuel Macron pourra y parler affaires afin de trouver des passerelles et ainsi ouvrir la porte à de nouvelles opportunités.

Ces visites seront également le moyen de tester l'innovation de l'été d'Emmanuel Macron, consistant à s'entourer d'un "Conseil présidentiel pour l'Afrique". Ce sont principalement des jeunes entrepreneurs binationaux en lien étroit avec leur pays d'origine, qui lui apportent une autre vision de l'Afrique que les réseaux diplomatiques traditionnels de ses prédécesseurs.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Diplomatie Voyage Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791155200
Macron en Afrique : ce que l'on peut attendre de cette première tournée
Macron en Afrique : ce que l'on peut attendre de cette première tournée
ÉCLAIRAGE - Le président français débutera le 28 novembre sa première tournée africaine, qui passera par le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire et le Ghana.
https://www.rtl.fr/actu/politique/macron-en-afrique-ce-que-l-on-peut-attendre-de-cette-premiere-tournee-7791155200
2017-11-27 13:29:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/sfBt8NJS_lfSTEIhTzifEg/330v220-2/online/image/2017/1127/7791155317_000-uj0lp.jpg