1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Mélenchon "devrait avoir honte de son comportement", tance Mailly sur RTL
1 min de lecture

Mélenchon "devrait avoir honte de son comportement", tance Mailly sur RTL

INVITÉ RTL - Le secrétaire général de Force ouvrière a critiqué l'attitude du leader de la France insoumise vis-à-vis des syndicats.

Jean-Claude Mailly, au micro de RTL
Jean-Claude Mailly, au micro de RTL
Crédit : Ambre Lefèvre / RTL.fr
Remplacement de Jean-Claude Mailly : "Je ne demanderai rien au gouvernement"
00:35
Jean-Claude Mailly est l'invité de RTL
12:00
Jean-Claude Mailly sur RTL : "Jean-Luc Mélenchon devrait avoir honte de son comportement"
00:45
Mélenchon "devrait avoir honte de son comportement", tance Mailly sur RTL
12:01
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

Un vote solennel viendra clôturer le feuilleton des ordonnances réformant le marché du travail, mardi 28 novembre à l'Assemblée nationale. Les oppositions politiques et syndicales contre le texte ont été rudes mais les Français se sont moins mobilisés qu'en 2016. Les cortèges se multipliaient alors contre la loi El-Khomri. À qui la faute si le succès des manifestations n'est pas au rendez-vous ? Dans son discours d'ouverture de la convention nationale de la France insoumise samedi 25 novembre, Jean-Luc Mélenchon pointait, une fois encore, la division syndicale.

"Jean-Luc Mélenchon devrait avoir honte de son comportement", a répliqué Jean-Claude Mailly au micro de RTL, mardi 28 novembre. "La France insoumise, c'est un OPNI, un objet politique non identifié. On ne sait pas si c'est un mouvement, un parti politique. Il fonctionne un peu comme La République En Marche d'ailleurs, on est adhérent sans (payer de) cotisations. Il peut dire ce qu'il veut, on continue."

Pour le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Luc Mélenchon "est déçu". "Il avait annoncé un million de personnes sur les Champs-Élysées, qu'il y allait avoir une déferlante le 23 septembre, il n'y en a pas eu. Qu'il y ait eu des tactiques ou stratégies syndicales différentes, oui, mais ce n'est pas la première fois." Et le leader syndical d'exprimer tout de même sa satisfaction sur un des sujets de fond : "On a fait bouger les choses", se félicite-t-il. Sans discussion, "la branche (professionnelle) n'existerait plus aujourd'hui."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/